C. G. Jung. L’archétype comme l’interprète de l’ inconscient

Illustrative image of sub conscious level

Carl Gustav Jung, un psychiatre, est considéré comme le fondateur de la psychologie analytique, l’une des directions de la psychologie profonde. En 1909-1913, pendant ses années d’études en faisant connaissance avec Freud il devient le défenseur de la théorie psychanalytique. Cependant, il commence à mettre en doute quelques thèses stables de la psychanalyse classique (par exemple, la dominance de la libido, les transformations et symboles de la libido), et à élargir encore les frontières de la psychanalyse, il passe à l’étude de la mythologie, des religions, diverses cérémonies culturelles ce qui provoque une contradiction et séparation entre lui et Freud. Il crée sa propre théorie psychologique et sa propre thérapie appelée « psychologie analytique » [i]. Avec ses idées C. Jung a eu une grande influence non seulement sur la psychiatrie et la psychologie, mais aussi sur l’anthropologie, l’ethnologie, la culturologie, la science religieuse comparée, la pédagogie, la littérature et les études littéraires.

École psychanalytique et archétypale

Jung a jeté les bases du concept archétype [ii]. Avant Jung, ce terme a été également utilisé par Aristote, Platon, puis Goethe. Malgré cela, les archétypes ont reçu leur explication psychologique actuelle par Jung. Selon lui, ce sont des idées intellectuelles sur les formes communes des différentes nations (dans de nombreux cas assez similaires les unes aux autres) qui incarnent la mère, le père, les héros mythologiques, le mal, le bien et divers éléments.

Jung considérait l’interprétation des images archétypales comme le problème de la psychologie analytique. Si du point de vue de Freud l’inconscient est la cachette de l’opprimé et du caché, l’inconscient par la perception de Jung est une trésorerie sans fond d’une chaîne des événements historiques. Il pensait que le contenu de l’inconscient collectif était l’accumulation historique là-bas, et l’histoire elle-même était assise dans cette couche. D’après Jung, le cerveau a aussi sa propre histoire, tissée tout au long des millénaires qui reflète et densifie son histoire comme en étant le résultat. Si nous pénétrons dans la structure du cerveau, il est possible d’y trouver des traces d’intelligence archéologique. Au moment des rêves, des fantasmes névrotiques ou de la création artistique, des archétypes sortent en racontant des vérités historiquement inhérentes à la moralité humaine, et caractéristique de la vision du monde et de la vie. Bien sûr, pour chaque personne ces archétypes universels ou nationaux ont leur propre contenu. Il est vrai que certaines lignes générales qui unissent l’humanité, leurs valeurs morales et sont des objets de la peur, de l’espoir et de la foi, demeurent.

Et l’inconscient individuel [iii] implique des conflits et des souvenirs qui ont été réalisés à un moment donné, mais qui sont maintenant dépassés ou oubliés. L’inconscient individuel inclut également les impressions émotionnelles qui ne sont pas reflétées par la conscience à cause de leur caractère faible et vague. Ainsi, le concept de l’inconscient personnel de Jung est quelque peu similaire à l’inconscient de Sigmund Freud. Cependant, Jung a développé ce principe fondamental créé par Freud et a souligné que l’inconscient individuel a des systèmes ou des pensées émotionnellement chargés, des émotions et des souvenirs qui ont été exclus de l’expérience héréditaire d’un individu ou de sa race. Il se trouve que « les archétypes sont des idées ou des souvenirs innés  qui motivent les gens à percevoir, à expérimenter et à refléter certains événements de manière spécifique » [iv].

***

Jung a fait un excellent travail d’étude des cultures, des traditions, des mythes et des religions de différentes nations. Il considérait les mythes comme un phénomène universel, dans lequel les mêmes motifs étaient répétés, souvent de la même manière. Ils ont eu quelques caractéristiques reflétant le temps et la nation dans différents pays et à des moments différents. Selon Jung, les archétypes sont les intrigues répétitives et les personnages qui formaient l’axe des mythes.  Par exemple :

  • Ennemi, antihéros,
  • Une idée du héros-sauveur ou le héros meurt, mais il est miraculeusement ressuscité,
  • L’archétype de Trinité (par exemple, Père, Fils et Saint-Esprit),
  • Pierre philosophique,
  • Quintessence,
  • Centre de la Terre, Arbre du monde,
  •  La vie éternelle,
  • L’expulsion du paradis,
  • Épreuves,
  • Anges et démons,
  • Dieu et l’homme est ainsi de suite [1].

En d’autres termes, les motifs ou les archétypes mentionnés ci-dessus ont un caractère universel et sont inhérents à la conception du monde de presque toutes les nations, mais ils ont des variations locales. Ils sont présents dans les couches profondes du subconscient humain, c’est pourquoi ils flottent comme des phénomènes inconnaissables (archétypes) au moment des pensées ou imaginations créatives.

En parlant de la nature humaine et de la personnalité, Jung dit que lors de la création, les individus affichent des informations accumulées dans l’inconscient ce qui, comme le mentionne le psychologue, est universel. Pour cette raison, il a réussi à séparer les six archétypes principaux, qui ayant des noms différents dans différentes nations, se sont unis en un principe universel. Pour cette raison Jung n’a pas appelé les archétypes par leurs noms nationaux, mais par les espèces. Les six archétypes principaux sont :

  • Persona
  • Ombre
  • Anima
  • Animus
  • Ego
  • Soi [v]

 

Persona est notre « masque social », l’acceptation de sa propre personnalité ainsi que la façon dont nous nous montrons à différentes personnes dans différents endroits quel genre d’apparence nous montrons aux autres. C’est notre opinion sur nous.

L’ombre est aussi un centre mais de l’inconscient, pas de la conscience. L’ombre est composée des désirs, des souvenirs et des émotions qui sont niés par l’individu en raison de la divergence aux normes sociales et d’idéaux sociaux.

Anima est la base d’une femme inconsciente chez un homme. Le psychologue lie l’anima avec les émotions, les humeurs et les décisions émotionnelles.

Animus est la base d’un homme inconscient chez une femme. Jung lie l’animus avec des décisions catégoriques, difficiles et rationnelles, extrêmement fondées sur des principes.

Jung supposait que chaque personne a à la fois des éléments d’anima et d’animus avec des dosages non conditionnés par son orientation sexuelle. Par exemple, l’animus peut dominer le caractère de l’homme, mais l’anima peut y être également présente.

Ego est notre centre de conscience qui gère et dirige logiquement et délibérément notre comportement en fonction de nos objectifs et de nos conditions objectives.

Le soi est l’incarnation de l’intégrité. C’est le point, le centre de la personnalité où la corrélation et l’adaptation de l’inconscient et de la conscience se produisent, c’est-à-dire là où il y a le compromis.

Le soi coordonne la conscience et l’inconscient et elle est responsable de la préservation de l’intégrité d’une personne, et dans le cas où l’identité ne peut pas remplir son devoir, des névroses, des conflits personnels et même des troubles mentaux émergent.

En d’autres termes, Jung cherchait les raisons et les résultats de la psychologie et du comportement humain dans l’inconscient. Et comme nous l’avons remarqué, contrairement Freud, il ne donnait pas la priorité à l’instinct sexuel. Avec ces caractéristiques mentionnés Jung a jeté les bases pour examiner non seulement les particularités biologiques, mais aussi psychologiques de l’inconscient.


[1] https://hy.wikipedia.org

[i] Jung C. G., Аналитическая психология и психотерапия, стр. 55

[ii] Ibid., p. 263

[iii] Ibid., p. 265

[iv] http://shenavan-aragatsotn.schoolsite.am

[v] Jung C. G. Аналитическая психология и психотерапия, pp. 365-449


  1. Юнг К. Г., Аналитическая психология и психотерапия, Москва 2001, изд. «Питер», с. 505
  2. Юнг К. Г., Архетип и символ, Москва 1991, изд. «Ренессанс», с. 267-285.
  3. http://shenavan-aragatsotn.schoolsite.am
  4. https://hy.wikipedia.org

Auteur: Arlina Sargsyan © Tous droits réservés.

Traduit par: Gohar Youzbachian


Facebook Comments

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here