Une réflexion sur le développement du domaine des technologies d’information

Photo:https://www.dreamstime.com/
Photo:https://www.dreamstime.com/

Aujourd’hui la TI est l’une des domaines dans le monde entier qui se développe le plus rapidement. Au cours de la dernière décennie les hautes tendances de l’accroissement de l’économie mondiale sont conditionnées par le progrès dans le domaine des technologies d’information, par des innovations et par leurs localisations dans les divers domaines de l’économie. La République d’Arménie n’en est pas privée.

L’expérience de production de l’élaboration des logiciels hérités des années soviétiques, de l’evaluation industrielle, de l’électronique et des semi-conducteurs a servi de base pour le développement de ce domaine dans notre pays.

Ci-dessous nous essayerons de revenir sur l’histoire du développement du domaine de TI, sur les conditions disponibles et nous établirons des comparaisons avec des pays comparables pour comprendre est-ce qu’on doit se contenter des rhytmes d’accroissement ou non.

Au début des années 2000 le domaine de TI de la République d’Arménie est entré dans une nouvelle période du développement: en 2002 la Fondation incubateur des entreprises a été fondé, qui est considéré aujourd’hui comme l’une des grands business incubateurs technologiques et des sociétés consultatives et elle a le but de favoriser l’accroissement du domaine des technologies de l’information et de la communication en créant un milieu correspondant au développement de l’innovation, au perfectionnement des technologies et à l’élargissement des sociétés des TI. Au cours des années la fondation a établi des relations de partenariat avec beaucoup de corps d’États de la République d’Arménie, avec des écoles supérieures, avec des grandes sociétés mondiales telles que Microsoft, IBM, Hewlett-Packard, Intel Corporation, ce dernier-ci réalise beaucoup de projets d’investissement du développement du domaine avec beaucoup d’agence de développement des domaines de TI de divers pays aussi que avec des organisations financières mondiales.

À partir de cette période chaque année cette branche d’économie a enregistré une forte croissance de 18-23%[i] au minimum annuellement.

Au cours des années des centres ont été fondés: Centre innovateur de Microsoft (fondé en 2011), Le centre arméno-indien pour excellence en ITC à l’Université d’État d’Erevan qui est un projet commun entre les gouvernements arménien et indien et il est réalisé par la Fondation incubateur des entreprises (Arménie) et par le centre C-DAC (Indie). À Erevan fonctionne le Technoparque Viasphère fondé en 2001. Dans le technoparque fonctionnent beaucoup de sociétés du domaine de TI (locaux et étrangers) dont la plupart exporte des services. Un techoparque fonctionne aussi à Gyumri fondé en août 2005. C’est une fondation scientifique-educationale dans le domaine de TI dont le but principal c’est le développement du domaine dans les régions du nord décentralisant ainsi la marché des technologies de l’information. En tout cas nous pensons que le domaine est centralisé principalement à Erevan.

En Arménie fonctionne aussi le centre Tumo pour les technologies créatives qui est fondé en 2011 et à partir de sa fondation il accorde une formation extrascolaire aux plus de 12-18 mille d’adolescents dans le domaine des médias digitals. Étant orientés par des pédagogues expérimentés et des spécialistes de média et aussi ayant à leur disposition les derniers appareils digitaux les étudiants réalisent leur propre projet scolaire par le monde de Tumo (une plateforme bien élaborée qui les prépare pour les travaux pratiques). Nous pensons que les établissements d’enseignement qui servent au domaine de TI sont les facteurs importants pour le développement de cette branche.

Donc on peut constater que l’infrastructure indispensable pour le développement du domaine est suffisante.

Mais voilà le 28 août 2008 le gouvernement de la République d’Arménie a approuvé la conception, la décision du procès-verbal N 35. Essayons de noter les points principaux les plus importants. La procédure des affectaions des sommes donnés  chaque année du budget d’État pour le développement du domaine est définie par ce document: la procédure vise à mettre au point et revoir le  développement du domaine de TI en Arménie et le champ légal stimulant la formation de la société informationnelle qui assure la signification prioritaire, et aussi définir et assurer les mécanismes de ses applications efficaces selon quelques directions, par exemple la stimulation des investissements, le soutien dans la formation des entreprises nouvellement créés et leur futur développement, la défense légale des droits d’auteur dans le domaine de TI, la simplification du processus de l’enregistrement des nouvelles sociétés, la rénovation et le perfectionnement de la bureaucratie fiscale et douanière, la mise au point et la simplification des méchanismes d’importation et d’exportation des des services et des produits de TI.

Présentons les changements des données quantitatives du domaine au cours de ces dernières années.

Le nombre des sociétés La circulation (milion dram) Le nombre des travailleurs TI/PIB(%)
2008                                       175 194,508.90 4890 1
2012 360 207,195.60 9354 3.3
2013 380 222,882.40 11154 4.8
2014 390 223,161.60 13800 4.62
2015 450 238,594.70 15000 5
2016 540 261,327.60 16000 6

Le 17 decembre 2014 l’Assemblée nationale de L’Arménie a adopté une loi sur «Le soutien d’État du domaine des technologies de l’information». Selon cette loi quelques privilèges fiscaux sont définis pour les sociétés de TI nouvellement créés: selon la loi notée les privilèges fiscaux suivants sont en vigueur pendant 3 années dès l’enregistrement pour la société de TI nouvellement créé: 0% appointements pour l’impôt sur le bénéfice et 10% appointements pour l’impôt sur le revenu ne tenant pas compte les mesures de l’impôt sur le revenu imposable mensuel. Dans le tableau montré ci-dessus la grande quantité des sociétés de TI nouvellement créés en 2015 est conditionnée par l’adoption de la loi sur ITC. Nous pensons que ces quantités incluent aussi telles sociétés qui sont entrés dans le champ fiscal en effet de la loi adoptée: avant l’adoption de la loi notée ci-dessus ils étaient en vigueur sur le champ ombragé en évitant principalement les obligations fiscaux de l’impôt sur le revenu concernant le salaire payable.

Pour comparaison il faut noter que en 2015 en Géorgie avoisinante le taux de PIB était 4.8% (en Arménie 5%[ii]), dans la République de Biélorussie 5.2% (dans ce pays fonctionnent les filiales des sociétés de TI  ayant une renommée mondiale ), en Moldovie 6%.

On peut remarquer qu’en 2016 la circulation du domaine de TI a déjà excédé 500 milions dollars (20% accroissement en comparaison de l’année passée) en formant respectivement près de 6% de PIB (les données numéraux de 2016 par Le Service National des Statistiques ne sont pas encore résumées, mais la Fondation incubateur des entreprises a présenté les résultats de ses propres comptes).

Comme on a remarqué le domaine de TI est bien développé en Arménie et il occupe un part essentiel dans le PIB qui a encore le tendance de croitre. Mais ce domaine a un haut niveau de développement dans le monde entier en général et aussi dans les pays comparables avec L’Arménie. Donc en ce cas là les démarches d’État sont nécessaires pour stimuler le développement (comme par exemple la loi adoptée en 2014 sur les privilèges fiscaux), les mécanismes d’encouragement des investissements pour le domaine. Puisque ce domaine a un haut niveau de nos jours par conséquent le développement est lié à la situation sociale et économique du pays et surtout du «prix de la vie»: plus «la vie soit à bon marché» dans ce pays plus le capital sera de grande quantité dans ce pays (en se cas là cela se rapporte au capital humain) et donc cela sera une démarche préventive contre l’émigration des spécialistes. Par conséquent les prix des logiciels, d’élaboration et des services seront à bon marché et plus compétitifs. En ce cas là la quantité des investissements et des fondations des sociétés sera très haute.


[i] Un rapport de l’étude du domaine des technologies d’information et de la télécommunication

[ii] Les données sur l’Azerbaïdjan sont disponibles


Auteur: Narek  Muradyan. © Tous droits réservés.

Traduit par Taisya Hovhannisyan.


 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here