Une Raison Artificielle: Comment se Change le Monde

Est-ce que la raison artificielle est un cadeau ou une malédiction pour l’humanité: ce débat a longtemps été discuté et continue d’être actuel. «L’invasion» de la RA au
écosystème humain n’est plus un fait  indéniable. Les domaines de l’application de ce dernier sont plusieurs et multiples, y compris, la santé, la gestion, l’application militaire, financière, économique, la publicité, l’art etc. En même temps la RA, en pénétrant aux domaines économiques, politiques et militaires, devient l’un des facteurs décisifs de la puissance de l’Etat, en influençant aussi sur les processus géopolitiques. La tendance du leadership dans le domaine de la RA oblige les Etats à faire des investissements de plus en plus jour par jour vers le développement du domaine, ce qui à son tour devient un stimulant pour la course étendu autour de la RA.

 Que signifie une raison artificielle?

La RA n’a pas une définition commune. Malgré qu’elle est convenue par la provenance des réseaux de neurones atrificiels et du système de calcul électronique dans les années 1940, aujourd’hui celle-ci concerne le plus large éventail des sujets, des technologies et des méthodes. Malgré la perception largement étendue de la RA, celle-ci n’est pas une branche scientifique très nouvelle. Beaucoup de ses concepts fondateurs sont basés sur l’expérience plus de 2000 ans accumulé dans les sciences de la philosophie, la logique, les mathématiques, la psychologie cognitive, la linguistique etc. Pourtant, la RA est devenue comme un champ d’application des analyses après de la Seconde Guerre mondiale. En 1950, Alan Turing a publié son article «Les voitures de calcul et la raison», dans lequel l’idée du «Jeu d’imitation» avait été proposée, qui a été construit sur la question «Est-ce que les voitures peuvent penser?». Plus tard cette idée a été qualifié comme un test de Turing, par laquelle l’intelligence de la voiture (artificielle) avait été mesurée. L’expérience de Turing est devenue le composant important de la philosophie de la RA. Le terme RA a été proposé et a été circulé pour la première fois par le savant américain John McCarthy en 1956, dans le cadre du séminaire de Dartmouth organisé par celui-ci.

Pour mieux comprendre, que signifie la RA, essayons de préciser sa définition. Donc, coauteur du manuel «Une raison artificielle. Des conceptions actuelles», professeur de l’Université Berkeley de la Californie Stuart Russell définit la RA comme «une étude des méthodes, qui permettent aux ordinateurs d’agir raisonnable»[1]. Par sa définition le plus large, la RA se caractérise comme «une étude des calculs, qui permettent de percevoir, juger et agir» ou bien «une automatisation du comportement intelligent». En général on peut définir la RA comme une raison non humaine,qui est mesuré par sa capacité de la reproduction des possibilités mentales de l’homme, comme la reconnaissance des objets des images, la perception de sens de la langue,l’enseignement adaptatif basé sur l’expérience
la logique, l’élaboration des stratégies, la capacité de juger des phénomènes, la prise des décision, etc.

 En résumant à la classification de la RA, notons qu’actuellement il est accepté de se distinguer deux niveaux de la RA, faible (étroit) et fort (général), lié au degré de la reproduction des capacités humaines par la RA, mais dans la littérature le troisième niveau qui rencontre souvent ,c’est le surnaturel. On peut désigner aussi ces niveaux comme l’ordre du développement des générations de la RA.

  • La RA faible, qui est souvent appelé aussi une raison étroite artificielle, est un système de la RA, qui est traité et préparé pour un certain problème. Il peut être égal, ainsi que dépasser les capacités humaines pour certains tâches. Des exemples de tels systèmes sont le programme d’échecs Deep Blue d’IBM, Watson (‘Jeopardy!’), AlphaGo (go) de Google, les assistants personnels virtuels, comme Siri de l’Apple ou bien n’importe quels systèmes automatisés spécialisés, qui travaillent dans les limites des capacités humaines. Tous les systèmes de la RA qui existent actuellement, se distinguent comme étroits ou faibles.
  • La RA forte, qui est connu aussi comme une raison générale artificielle, est un système de la RA par les généralisations des capacités de connaissance de l’homme. Quand un problème inconnu est présenté à la RA forte, il peut être résolu sans intervention de l’homme. Il correspond au cercle entier des capacités humaines et peut réaliser par bonheur n’importe quelle tâche mentale, ce qui est accessible à l’homme.
  • Le surnaturalisme artificiel ou bien le surnaturel est une raison mécanique, qui dépasse la raison de l’homme dans n’importe quel problème. Souvent dans les prévisions sur l’avenir les craintes principeaux sont liées au surnaturalisme artificiel.

Les avantages et les inconvénients de la raison artificielle

Les avis, qui circulent sur les influences possibles de la RA sont divers et se distinguent par les tendances à la fois optimistes et pessimistes. On peut distinguer de l’avantage util de la RA, que celle-ci aide à diminuer la probabilité des fautes et augmenter la précision. Elle peut s’utiliser pour faire de différentes tâches dangeureuses, par exemple, pour but d’étudier et de rechercher l’univers, le fond de l’océan, les mines de montagne et d’autres endroits indisponibles ou limités pour l’homme. Les voitures autonomes, qui agissent au moyen de la RA, donneront la possibilité de diminuer le nombre des avaries. Outre cela, la RA a une application quotidienne répandue. Le smartphone est l’exemple le plus diffusé, que comment nous utilisons la raison artificielle. Quand nous prenons une photo, l’algorithme de la RA identifie et connaît le visage de l’homme et note les gens, quand nous publions les photos sur les réseaux sociaux. La RA s’utilise largement dans les systèmes financiers et de banque dans le but de la gestion des données. Aujourd’hui elle peut découvrir les fraudes dans les systèmes de carte.

Les organisations développées utilisent «des avatares», qui sont des doublons ou des assistants numériques et influencent en fait avec les utilisateurs. L’absence des émotions permettent aux robots de juger logiquement et prendre des décisions rationnelles. Les voitures à la différence des gens peuvent travailler sans cesse, en augmentant ainsi l’éfficacité du travail. La RA peut remplacer l’homme dans le travaux répétitifs, ennuyeux, monotones en agissant le plus vite, que les gens et en réalisant en même temps quelques fonctions. On peut voir aussi l’application large de la RA dans la médecine. Les médecins évaluent le malade ou bien ses risques de santé à l’aide de la RA. Elle donne aussi l’information sur les influences secondaires de différents médicaments. L’une des causes du rôle croissant de la RA sont les possibilités énormes du développement économique. En 2017 selon la note du projet réalisé par PriceWaterhouseCoopers jusqu’en 2030 les technologies de la RA peuvent augmenter le PIB mondial par 15,7 billions de dollars (14%).

La RA suppose aussi des problèmes avec toutes ces phénomènes positives. D’abord, la RA suppose de grandes dépenses, des ressources et un temps pour la construire, reconstruire et renouveler. Outre cela, aujourd’hui les problèmes éthiques et morales lié à la RA sont beaucoup discutés. La RA est privée de la créativité et n’agit que dans les limites, que l’homme souligne pour elle. L’une des craintes importantes c’est que, bien que la RA diminue la probabilité des fautes que l’homme fait, mais le problème peut être même dans le code de la RA, qui, enfin, est écrite par l’homme. L’autre problème le plus important, qui peut provoquer l’application à grande échelle de la RA, c’est le chômage.

Les derniers examens montrent, qu’en 2020 environ 50% des emplois actuels disparaîtront, ainsi que beaucoup de compagnies et de branches de la production. Enfin, les gens peuvent être trop dépendu de la RA, qui peut aboutir à la dégradation des capacités mentales de l’homme. L’apparence des voitures dans les bras pas juste, crée aussi l’occasion des craintes pour l’humanité, et dans les scénarios du futur lointain des scénarios de «la révolte des voitures» sont aussi observés.

Stephen Hawking, en parlant de la RA forte, a noté: «Elle commencera à se transformer par la vitesse toujours croissante, et les gens, qui sont limités par l’évolution biologique, seront expulsés». En même temps, par convinction du futurologue
Ray Curzewill, à l’avenir les gens et les voitures pourront subsister ensemble dans le même monde, où les voitures renforcent les capacités humaines en gardant les normes de la cohabitation. Henry Kissinger dans son article intitulé «Comment l’éclairage se termine?» publié en 2018, exprime sa préoccupation sur la croissance rapide de la RA, en trouvant, que la société humaine n’est plus prête des changements pareils. Il critique aussi l’influence de la RA lors des campagnes électorales américaines, en parlant de la possibilité de cibler les microgroupes, surtout au moyen des réseaux sociaux. Si la RA a une possibilité d’influencer sur le processus électoral dans les pays démocratiques, donc dans les régimes autoritaires, elle peut rencforcer le contrôle à l’égard de la société. [2]

L’application militaire de la raison artificielle

En 2017, en septembre, devant un groupe des étudiants et journalistes russes V.Poutine a déclaré: «La raison artificielle c’est l’avenir…Qui deviendra porteur dans ce domaine, dirigera le monde». Après trois jours le fondateur de SpaceX et de Tesla, Elon Musk est allé plus loin, en tweetant: «La concurrence pour arriver à la supériorité dans le domaine de la raison artificielle deviendra probablement la cause de la Troisième guerre mondiale».

Comme beaucoup de technologies, ainsi que la RA a une force intérieure militaire cachée. Les applications de la RA s’utilisent déjà dans les domaines de défense et d’éclairage en ayant leurs copies dans la vie civile, tels que la logistique, la planification, l’analyse, le transport, l’analyse des données au soutien de la RA. Ces applications sont différentes de celles utilisées dans la guerre. Celles, en règle générale, sont divisés en deux groupes, qui influence grandement sur le niveau opérationnel de la guerre et qui influencent aussi sur le niveau stratégique. Dans le niveau opérationnel la RA peut avoir une grande influence
dans la réalisation des objectifs tactiques. Dans le niveau stratégique, elle peut avoir une influence essentielle sur les capacités et de l’échelle, de l’escalade et la désescalade de la guerre et donc sur les décisions politiques de la stabilité militaire et du domptage.

Actuellement, il y a un intérêt croissant à l’égard des armes automotrices, et les Etats commandent aux organisations et aux centres d’analyse de les travailler. Mais il y a un problème grave lié aux systèmes des armes autonomes mortelles ou bien soi-disant sur «des robots tueurs». Ces armes peuvent choisir et attaquer sur les cibles individuelles sans contrôle humain. Si on réussit de créer tels systèmes et les appliquer, donc tel développement des événements aura une grande influence dans les guerres et après la poudre et la bombe automique sera considéré la troisième révolution dans la guerre. la fonction de la destruction et la sélection automatique des cibles peut être appliquée sur différentes plates-formes. Les armes autonomes mortelles provoquent de nombreaux problèmes juridiques, éthiques et de sécurité. Malgré cela, les Etats-Unis, la Russie, l’Israël et la Corée du Sud sont parmi les pays, qui se sont supposés aux efforts de l’ONU de défendre les armes autonomes mortelles.

La raison artificielle provoque de nouvelles tendances géopolitiques

Le développement rapide et la pénétration de la RA dans les domaines économiques, politiques et militaires fait la devenir un outil pour influencer sur la puissance des Etats, donc en influençant aussi sur les processus géopolitiques. L’année 2018 a été décisive en termes de l’évaluation de l’influence géopolitique de la RA. De nouvelles tendances de la transformation mondiale sont apparues, qui peut être appelées conditionnellement le nationalisme de la RA ou la nationalisation de la RA. Ces tendances ont été encore accentuées par le fait que, dans le domaine de la RA, pendant le travail de leurs
stratégies nationales, beaucoup d’Etats développés ont commencé à changer en même temps leur attitude à l’égard des principes libéraux. D’abord, au lieu de la coopération universelle mondiale, de la division mondiale du travail, de l’investissement de nouvelles plates-formes et de l’échange des talents mutuels, les pays (Chine, Russie, Royaume-Uni, France, Israël, Corée) mettent l’accent sur le nationalisme de la RA, qui proclame les intérêts de son propre pays économique et militaire comme le but essentiel de sa stratégie. Deuxièmement, la politique de nationalisation de la RA suppose les priorités suivantes: implication de ressources publiques et privées, coordination des rythmes de l’investissement des innovations de la RA, réorientation des buts stratégiques pour soutenir la croissance économique de l’Etat, les avantages géopolitiques et militaires dans la plate-forme internationale.

Quelques prévisions géopolitiques supposent, qu’au résultat du renforcement et de la poursuite de ces tendances; dans un avenir proche, le monde subira d’importants changements, et les relations internationales décideront par les facteurs suivants:

  • Une course de la RA parmi les pays porteurs, qui décideront et dirigeront le développement futur des technologies de la RA. À cet égard, on se distinguent les «empires numériques» des États-Unis et de la Chine.
  • Le néocolonialisme de la RA, dans les relations entre les dirigeants de la RA et les États hors de compétition. [3]

Le rôle de la raison artificielle dans les projets stratégiques des Etats

Les États sont de plus en plus conscients la partie économique, stratégique et militaire du développement de la RA. Dans les dernières années la France, le Canada, la Chine, le Danemark, la Commission européenne, la Finlande, l’Inde, l’Italie, le Japon, la Mexique,
les pays des régions Scandinaves et Baltes, Singapour, la Corée du Sud, la Suède, Taïwan, les Émirats arabes unis et Royaume-Uni ont publié leurs stratégies vers l’utilisation, la stimulation et le développement de la RA.[4] Ces stratégies concernent l’éducation, les examens, les
infrastructures numériques, le domaine du service public, l’éthique et d’autres domaines. Mais ce ne sont pas tous les pays, qui peuvent tâcher d’être porteurs dans le domaine de la RA. C’est plutôt un problème de la décision et de la construction des avantages concurrentiels, de la satisfaction de certains besoins de la nation. Certains pays fixe l’attention sur les analyses scintifiques, les autres sur les talents et l’éducation, l’investissement de la RA dans les travaux administratifs etc.

 Les Etats-Unis et la Chine font partie parmi les joueurs à la recherche d’un leadership mondial dans ce domaine. En 2017 en juillet le Conseil d’Etat de la Chine a publié «Un plan du développement de la raison artificielle de la nouvelle génération», dans lequel le but de la Chine est inclus de devenir le centre principal des innovantions dans le domaine de la RA jusqu’en 2030 en créant l’économie de la RA interne d’une valeur de 147 millions de dollars et le leader mondial. 50% de l’activité économique de la Chine peut être automatisée en favorisant le progrès rapide de la RA étroite. Elle a aussi intégrée la RA et les technologies numériques dans sa stratégie géopolitique. Depuis 2016, son initiative de la construction des infrastructures «Zone et Route»» reliant l’Asie, l’Afrique et l’Europe a lancé une composante numérique dans le cadre du projet «Zone Numérique et Route». La dernière acquisition du sujet en février 2018 était la création d’un nouveau centre des technologies de pointe international en Thaïlande pour «La route de la soie numérique».

A son tour le président des Etats-Unis Trump a signé un ordre, qui affirme l’importance de la direction dans le domaine de la RA en 2019 en février «pour l’assurance de la sécurité économique et nationale des Etats-Unis et pour la formation de la RA correspondant aux valeurs nationales, la civilisation, les priorités». Cet ordre définit l’initiative de la RA américaine qui est basée sur cinq principes:

  • investir les acquisitions de technologie dans le domaine de la RA dans le cadre de la gestion rurale, de l’industrie et académique, pour but de stimuler et assurer les découverts scientifiques, la compétitivité économique et la sécurité nationale.
  • travailler des normes techniques et diminuer les obstacles à la sécurité du test et du déploiement des technologies de la RA,
  • éduquer les travailleurs américains pour l’application et le traitement des technologies de la RA,
  • stimuler la confiance publique à l’égard des technologies de la RA et défendre des libertés civiles, le secret et les valeurs américaines,
  • contribuer à l’environnement international, qui soutient les analyses et les innovations de la RA américaine et ouvre les marchés pour l’industrie de la RA américaine, en défendant em même temps l’avantage de technologie dans le domaine de la RA et en défendant les technologies importantes de la RA afin de ne pas tomber entre les mains des rivaux stratégiques et des nations rivales.

Il faut noter, que malgré la direction des Etats-Unis dans le domaine de la RA, aujourd’hui elle n’a pas de stratégie de la RA officielle et en ce sens elle est en retard sur 18 pays
qui ont aujourd’hui des stratégies similaires.

Les joueurs relativement petits dans ce domaine, tels que la France, le Royaume-Uni, le Canada ont aussi des stratégies prétentieuses et font des investissements considérables dans le domaine de la RA.  Les autres pays se spécialisent dans n’importe quel domaine particulier de la RA en suivant la stratégie de seuil bas. L’Inde, par exemple, veut devenir «Garage de la RA» en se spécialisant dans la création des applications typique aux pays développés. La Pologne étudie les problèmes de la cybersécurité et de l’utilisation militaire. Le gouvernement des Emirats arabes unis est parti sa stratégie de la RA en 2017 en février en créant le ministère de la première raison artificielle du monde, dont le but de principe est utiliser la RA pour but d’améliorer la productivité et l’efficacité. [5]

Une course de la RA

En tenant compte la dynamique et la force intérieure du développement du domaine, dans l’avenir non loin elle tendance à aboutir à la course de la RA. Il faut tenir compte quatre facteurs principals, pour évaluer, quels joueurs mondiaux peuvent participer à cette course:

Le premier c’est la disponibilité des données, qu’il est nécessaire
pour l’apprentissage automatique et la nutrition de la RA. Dans ce domaine la Chine
compte plus de 740 millions d’Internet et 1,4 milliards d’utilisateurs mobiles qui a un avantage concurrentiel à l’égard des États-Unis, qui comptent respectivement 290 et 416 millions d’ Internet et d’utilisateurs mobiles.

Malgré que la Chine bénéficie de l’avantage concurrentiel des données disponibles et prévoit que jusqu’en 2030 assimilera 30% des données mondiales, en raison des règles strictes pour leur utilisation, elle est en retard pour intégrer les talents des États-Unis.

Le deuxième critère est l’existence de l’écosystème favorable, qui permet d’intégrer un grand nombre des compagnies de la RA (par exemple, les paramètres de l’utilisation des données, les lois sur le secret etc.). Ainsi, 40% (1393) des startups de la RA dans le monde (3465 en 2018) se trouvent aux États-Unis et 11% (383) en Chine, suivies par Israël à la troisième place: 10,5% (362), suivis du Royaume-Uni (7%), du Canada (3,8%), du Japon (3,1%), de la France (3,1%) et de l’Allemagne (3%).[6]

L’autre facteur principal, qui influence sur la course de la RA, est le niveau de la compétence technologique et de compétitivité. Il est intéressant, qu’en Chine les diplômés sont deux fois plus nombreux par an, qu’aux Etats-Unis. Particulièrement le nombre des étudiants en ingénierie a augmenté inimaginablement et en 2015, le top 5 des emplois les mieux rémunérés était lié à la technologie, en aboutissant l’intégration plus de talents. Néanmoins,
malgré le plus grand nombre des diplômés en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques, en Chine il y a 39 200 chercheurs dans le domaine de la RA qui représente environ la moitié du nombre total des chercheurs (78 700) du domaine la RA des États-Unis. En ce qui concerne les travaux de recherche dans le domaine de la RA, donc l’analyse des données a montré, que pendant les années 2011-2015, la Chine a publiée 41 000 recherches, pourtant les Etats-Unis 25 500 recherches. Néanmoins, bien que les publications chinoises soient de loin en volume, elles étaient au 34ème avec les citations des recherches du domaine, indiquant que la plupart des travaux manquaient de la qualité, qui, par exemple, existait dans les travaux de recherche des Etats-Unis (4ème place). Mais la recherche faite par l’institut Allen montre, que la Chine prétend à dépasser les Etats-Unis au nombre des références des recherches du domaine de la RA.

Outre cela, malgré les efforts considérables pendant quelques décennies la Chine continue de rester dépendante des Etats-Unis au point de vue de la production des processeurs et des microcircuits. Elle importe des microcircuits environ 200 milliards de dollars par an des États-Unis (plus que l’importation du pétrole). Le développement de cette branche est l’une des principals priorités stratégiques de la Chine, dont le but la Chine a réduit les taxes des compagnies qui produisent des microcircuits et planifie d’investir environ 32 milliards de dollars dans ce domaine.

Enfin l’existence du capital suffisant est le gage de la chance de la réalisation des recherches dans la RA et ses domaines contigus. Selon cette politique la Chine fait d’énormes investissements vers le renforcement des capacités de la RA. Ainsi l’organisation «Alibaba» a investi 15 milliards de dollars pour les recherches dans le domaine de la RA. Cet indice est comparable avec les géants américains: Amazon a fait 16,1 milliards de dollars d’investissement dans le domaine pour les recherches en 2017. Selon les résultats du rapport de  l’Université du Queens pendant les années 2012-2016 les compagnies de la RA de la Chine ont reçu le financement d’investissement à 2,6 milliards de dollars, ce qui est
nettement moins du finanacement à 17,9 milliards de dollars des compagnies américains.

En comparant tous les indices on arrive à la conclusion, que malgré que la Chine a des avantages concurrentiels dans certains critères, néanmoins aujourd’hui les Etats-Unis sont leaders dans le domaine de la RA. Néanmoins, il faut aussi prouver, que les motivations de la Chine sont réelles et claires et il ne faut pas les sous-estimer. Elle a toutes les possibilités et les conditions pour être leader dans le domaine et actuellement tous les efforts sont dirigés vers l’amélioration de celles-ci, donc dans l’avenir proche la probabilité est élevée, que le rapport des forces sera changé en faveur de la Chine.

 

 

  1. Davis S. Zachary, “Artificial Intelligence on the Battlefield. An Initial Survey of Potential Implications  for Deterrence, Stability, and Strategic Surprise”, 2019
  2. Frank Slijper, Alice Beck and Daan Kayser, “State of AI. Artificial Intelligence the military and increasingly autonomous weapons”, PAX, 2019,
  3. Henry Kissinger, “The Enlightenment Ends”, The Atlantic, 2018
  4. Jeffrey Ding, “Deciphering China’s AI Dream”, Future of Humanity Institute, University of Oxford, March 2018
  5. Nicolas Miailhe, “The geopolitics of artificial intelligence: The return of empires?”, Politique étrangère, 2018/3 (Autumn Issue)
  6. Sergey Karelov, “Artificial Intelligence as A Geopolitical Factor”, 2018
  7. Stephan De Spiegeleire,  Matthijs Maas, Tim Sweijs, “Artificial Intelligence and The Future of Defense: Strategic Implications for Small- and Medium-sized  Force Providers”, The Hague Centre for Strategic Studies, 2017
  8. Stuart Russell, “Q&A: The Future of Artificial Intelligence,” University of California, Berkeley
  9. Tim Dutton, “An Overview of National AI Strategies”, Medium, 2018
  10. https://www.forbes.com/sites/bernardmarr/2018/02/14/the-key-definitions-of-artificial-intelligence-ai-that-explain-its-importance/#104a31884f5d

« Auteur: Vahé Salahyan. © Tous droits réservés ».
« Traduit par: Hermine Muradyan ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here