Sahak Evêque Mashalyan élu nouveau vicaire patriarcal arménien de Constantinople

Le 4 juillet, le patriarche arménien de Constantinople a tenu un congrès au cours duquel Sahak évêque Mashalyan a été élu vicaire patriarcal avec 13 voix. L’élection d’un vicaire a été un événement majeur dans la vie de la communauté arménienne locale, car elle a entamé le processus d’élection du 85e patriarcat arménien de Constantinople. La crise provoquée par l’instabilité de la communauté arménienne à Constantinople semble être sur le point d’être résolue.

Le 8 mars 2019, le 84e patriarche arménien de Constantinople, l’archevêque MesropMutafian, est décédé. Le patriarche avait quitté ses fonctions patriarcales pendant plus de dix ans à cause une maladie incurable. Il était inconscient et était constamment soigné par des médecins. C’est ainsi que l’archevêque Aram Ateshyan a été nommé [1] vicaire patriarcal en 2010. C’était la première fois dans le patriarcat de Constantinople que le vicaire [2] assumait ses fonctions de son vivant. La santé de Mutafyan a obligé la communauté à faire appel aux autorités turques à plusieurs reprises pour exiger l’organisation de l’élection d’un nouveau patriarche. Cependant, les autorités ont rejeté la demande, invoquant le point de la Constitution nationale selon lequel un nouveau patriarche ne peut être élu qu’après le décès du patriarche actuel. Le 26 octobre 2016, lors d’une réunion d’église à Constantinople, la question de l’élection d’un patriarche a été discutée. Compte tenu de l’absence réelle du patriarche pendant huit ans, les pères ecclésiastiques ont décidé à eux seuls de qualifier le patriarche MesropMutafian en «lieu de repos» [3]. Le rapport[4], qui a été produit à l’issue de la réunion, a été envoyé à la municipalité d’Istanbul avec la demande d’autoriser l’organisation de nouvelles élections.

La querelle entre Aram Ateshyan et SahakMashalyan sur l’organisation de l’élection du patriarche en février 2017 fut rapidement résolue par l’intervention d’Echmiadzin. Un accord général a ensuite été trouvé sur la réélection et la mise en place du processus d’élection du patriarche le 15 mars. L’archevêque GareginBekchyan, prélat du diocèse arménien d’Allemagne, a été élu député et le mandat du vice-général patriarcal Ateshyan a été révoqué. Alors que le député Bekchyan était occupé à organiser de nouvelles élections, les autorités turques ne l’ont pas reconnu et ont rejeté l’obligation légale imposée à la communauté arménienne de tenir de nouvelles élections, affirmant que le patriarche Mutafyan était en vie et qu’il n’y avait aucune raison d’organiser de nouvelles élections[5]. En conséquence, Aram Ateshyan a poursuivi son mandat de vicaire du patriarcat. Tout cela a été qualifié par la partie arménienne d’ingérence régulière dans les affaires intérieures de la communauté. Des protestations ont rapidement commencé à Istanbul contre Ateshyan, que la majorité de la communauté considère comme relevant des autorités turques[6].

Après la mort du patriarche Mutafyan, la question de l’élection du patriarche est revenue à l’ordre du jour et la communauté arménienne espérait qu’après une instabilité prolongée, la communauté aurait un chef de son choix. Après les élections des autorités locales en mars en Turquie et leur répétition à Istanbul le 23 juin, la communauté a entamé le processus d’élection d’un patriarche aussi urgent. Le processus nécessaire avant lesélections est lechoix de vicaire. Le député est le poste patriarcal qui devrait diriger l’initiation et la bonne organisation de l’élection du nouveau patriarche. Lors de l’élection du patriarcat de Constantinople le 4 juin, la bataille a été menée par les vice-présidents Aram Ateshyan et SahakMashalyan. A côté les 11 votes reçus par Ateshyan, Mashalyan a été élu député avec 13 votes. Le règne d’Ateshyan a également pris fin à la suite de l’élection. Le fait qu’Ateshyan ait reçu des votes significatifs en dépit de nombreuses critiques à son égard est dû à un certain nombre de facteurs. Tout d’abord, au cours de son long mandat, Ateshyan a acquis un grand nombre de partisans du clergé. En outre, un certain segment de la communauté arménienne n’accepte pas les allégations formulées contre Ateshyan et considère que sa position en faveur du gouvernement est légitime, compte tenu decertaine dépendance du patriarche envers les autorités turques.

Un certain nombre de processus doivent suivre l’élection d’un député, à l’issue duquel la communauté aura la possibilité de voter. Le patriarcat informera d’abord les autorités turques des résultats des élections, puis une commission sera mise en place pour organiser les prochaines élections. Cela sera suivi de l’autorisation de l’État pour l’élection et de la publication du nom des candidats. Après la clarification des listes des délégués ayant le droit de vote, l’élection patriarcale tant attendue aura lieu. Le ministère des Affaires intérieures de la Turquie s’occupe directement de l’élection du patriarche et du patriarcat, directement ou par l’intermédiaire de la municipalité d’Istanbul. Il est dans l’intérêt de la Turquie d’avoir le meilleur lien possible entre elle-même et la communauté, un patriarche fidèle et plus ou moins contrôlant des autorités. En ce sens, ce n’est un secret pour personne qu’Ateshyan est l’aimé des autorités. Aux prochaines élections patriarcales, la lutte sera acharnée. Ateshyan sera sans aucun doute sur la liste des candidats. La nomination d’un adjoint au maire du patriarcat est autorisée. Après la nomination officielle des candidats, il est possible de faire certaines prévisions. Les sous-divisions turques concernées feront de leur mieux pour voir le candidat souhaité au poste de patriarche.

Les obstacles et les retards créés par les autorités turques donnent à penser que les processus susmentionnés menant aux élections seront faciles. La communauté arménienne de Constantinople divisée de longue date doit faire preuve d’une volonté résolue de réaliser à tout prix des élections impartiales et le patriarche élu doit devenir la voix de la communauté auprès des autorités turques et se battre pour l’obtenir.

 

[1] “ErmeniPatrikVekili Aram Ateşyan”, Hürriyetgazetesi, OkanKonuralp, 02.07.2010

http://www.hurriyet.com.tr/gundem/turkiye-ermenileri-patrik-vekili-secti-15200275

[2] «ՊոլսոՀայոց 85-րդպատրիարքիընտրությանոդիսականը», Մեդիամաքսընկերություն, ԼուսինեՂարիբյան, 16,03,2017 https://mediamax.am/am/news/parzabanum/22620

[3] Türkiye ErmenileriPatrikliği, “RuhanilerGenelMeclisiBildirisi”, 26.10.16

http://www.turkiyeermenileripatrikligi.org/site/ruhaniler-genel-meclisi-bildirisi/

[4] Türkiye ErmenileriPatrikliği, “CEMAAT  VE KİLİSE   YÖNETIMLERİNİN VE CEMAATIMIZ ÜYELERİNİN DIKKATINE “, 26.10.16

http://www.turkiyeermenileripatrikligi.org/site/cemaat-ve-kilise-vakif-yonetimlerinin-ve-cemaatimiz-uyelerinin-dikkatine/

[5] “Istanbul ValiliğindenErmeniPatrikhanesinemektup: Bekçyianıtanımıyoruz”, Sputnik, 08.02.2018

https://tr.sputniknews.com/turkiye/201802081032154859-istanbul-valiligi-ermeni-patrikhane-bekciyan-atesyan/

[6] «ԱթէշեանիդէմբողոքըկըհասնիՊոլսոյփողոցները », Abaka news, 6.07.19,

http://abakanews.org/community/other-community/%D5%A1%D5%A9%D5%A7%D5%B7%D5%A5%D5%A1%D5%B6%D5%AB-%D5%A4%D5%A7%D5%B4-%D5%A2%D5%B8%D5%B2%D5%B8%D6%84%D5%A8-%D5%AF%D5%A8-%D5%B0%D5%A1%D5%BD%D5%B6%D5%AB-%D5%BA%D5%B8%D5%AC%D5%BD%D5%B8%D5%B5-%D6%83%D5%B8/ 

«Auteur: Anahit Karapetyan  © Tous les droits réservées»

«Traduit par Ani Arshakyan»

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here