L’hégémonie selon Gramsci: Article laconique

Cette analyse a pour but d’examiner l’un des plus importants concepts d’héritage de Antonio Gramsci,la théorie d’hégémonie,d’étudier les relations de son origine et de son évolution avec les autres théories et les théoriciens. Néanmoins j’essayerai de présenter le développement de terme et de théorie en général,les deux formes contradictoires des traditions de marxisme socio-politique russe et italien et les particularités fonctionelles d’élaboration et de réinterprétation selon Gramsci.

Les thèses théoriques

  1. L’examination attentive des œuvres de Gramsi montre que l’auteur,lui-même,ne donne pas de son vivant la réponse définitive,incontestables et exhaustive concernant les quéstions de théorie d’hégémonie.
  2. Dans les théories politiques,sociales et culturelles et dans la société de théorie d’hégémonie gramscienne l’auteur essaye d’opposer leurs domaines pratiques pendant sa vie en prison1.La particularité de Gramsci est le travail critique avec les théories politiques,socio-culturelles de son temps,à l’aspect de la réalité opposée de contradiction et de conviction.Avec ses points de vue étant le représentant des traditions classiques,marxistes,Gramsci acceptait à la fois(dès le début de son activité,en 1920)que son interprétation de terme a quelques interruptions avec celles d’idéologie marxiste.
  3. Cette analyse appartient à son héritage de grande envergure,basée sur la théorie d’hégémonie et les théories modernes et controversée de son temps.
  4. Les thèses de la sociologie de pouvoir de la théorie classique,marxiste et leurs transformations gramsciennes examineront minutieusement à l’opposition des théories de structuralisme et de neomarxisme.

La préconnaissance

D’abord qu’est-ce que c’est l’hégémonie selon Antonio Gramsci.En général l’hégémonie gramscienne est une action avec laquelle certains moyens de comprendre le monde deviennent si évidents et naturels pour les membres de la société que l’existence de chaque alternatives ou même l’importance de l’organisation de cette alternative devient impossible ou déraisonnable.

L’hégémonie gramscienne était une vraie révolution mentale de son temps par rapport à la définition marxiste,classique de cette notion.Comme le terme d’examen elle est plus applicable et utile,que la <<domination>>marxiste,qui refuse d’accepter les gens subordonnés et la possibilité de rôle actif des groupes dans les mesures hétérogènes de facteur de la force et dans les limites de leur usage,basé sur le commentaire essentialiste,marxiste et weberien de pouvoir classique2.Gramsci était le premier,qui a mis en doute la théorie classique marxiste,cette thèse principale et il l’a critiquement transformée.Gramsci acceptait la valeur de relation réciproque et importante de base et de superstructure,mais en même temps il faisait attention,que les institutions situées dans la superstructure peuvent être les préconditions importantes de l’existence de base. C’est-à- dire au contraire de commentaire unilatérale et dur de Marx et de ses épigones,c’est la superstructure(la société et les institutions sociales et politiques)qui forme l’ordre de réaffirmation et de contrôle d’hégémonie.Gramsci avance l’idée,que les idéologies3 étant la partie de la superstructure,peuvent construire la base de l’affirmation et de reproduction d’hégémonie.On peut dire que dans certaines situations politiques,sociales et culturelles les gouvernants ont tendance à interagir volontairement avec les subordonnés selon quelques calculs.De plus les gens qui se gouvernent avec la volonté des gestionnaires deviennent également la partie du gouvernement.

Le structuralisme linguistique:Saussure-Gramsci

En essayant de créer l’environnement linguistique nécessaire dans son œuvre,Gramsci a pour but de démontrer la perception la plus étroite et sémantique de ces concepts,en valorisant son analyse spéciale et morphosemantique.Gramsci était linguiste et,sans doute il a été influencé par les idées de Ferdinand de Saussure considérées comme révolutionnaires de son temps4.Ses termes proposés et leurs commentaires fonctionnaient dans les conditions de même logique.Lorsque Gramsci emploie les termes classiques tels que <<idéologie>>,<<hégémonie>>,<<pouvoir>>,<<État>> etc. et leur donne de nouvelles signification et interprétations,il les transporte dans un niveau contemporain,courant et sémantique.Saussure5 note que « La parole est un acte individuel de volonté et d’intelligence,dans lequel il convient de distinguer.

  1. Les combinaisons par lesquelles le sujet parlant utilise le code de la langue en vue d’exprimer sa pensée personnelle.
  2. Le mécanisme psycho-physique qui lui permet d’extérioriser ces combinaisons.

Voilà pourquoi donner une définition du mot n’a pas de sens la définition des choses n’est pas de bonne méthode basé sur des mots.Le développement de typologie a plus renforcé cette tendance et Wittgenstein disait que le sens du mot est dans son utilisation de la langue.Dans ce contexte la direction linguistique d’avis de Gramsci à la maîtrise est très important pour comprendre comment nous interprétons le monde et comment nous créons des significations.Le regard gramscienne envers la langue permet de comprendre les principes et la logique de fonctionnement de pouvoir dans le niveau quotidien et élémentaire.Je vais essayer de présenter le terme « hégémonie » et l’origine de la théorie d’hégémonie,en général et leur réinterprétation gramscienne.

Le terme « Hégémonie » et ses sources

Bien sûr il est nécessaire de noter que Gramsci n’est pas considéré comme le créateur de terme actuel l’hégémonie-la domination.En général dans la tradition marxiste et à l’évidence au début du 20ème siècle dans le mouvement socialiste russe ce terme a l’histoire de l’utilisation durable et de la réinterprétation continuelle du développement. Sous l’aspect de la lutte politique,ce terme s’est soumis à l’interprétation nouvelle,théorique et plus applicable par Lénine.Gramsci confronte ce terme pour la première fois dans une dispute,pendant la conférence de Moscou de l’internationale communiste où il présentait le Parti communiste italien.

Dans les œvres politiques en parlant du terme d’hégémonie Lénine souligne en particulier l’importance d’hégémonie,comme celle des outils sous l’aspect de la lutte politique. Lénine considère l’attention de la « front de la lutte culturelle »plus importante et nécessaire.Lénine développe en même temps l’idée que la bourgeoisie est aussi dans la lutte permanente pour l’hégémonie et ce qui est important,il essaye de soumettre la classe ouvrière aux idées et plus généralement à sa conceptiln du monde.Lénine écrit que la classe ouvrière tend spontanément à la sociabilité,mais l’idéologie bourgeoise s’est répandue partout et elle s’est rétablie par de différentes manières.Voilà c’est l’une des causes principales avec laquelle il peut garder la classe ouvrière sous sa soumission.

En ce qui concerne les origines italiennes du concept d’hégémonie,il convient de dire que ce concept avait la valeur nécessaire dans l’esprit italien du 19ème siècle,en particulier,dans les œvres de philosophe catholique de la modernité italienne Vincenzo Gioberti.Il supposait que dans les frontières d’un État,une région particulière peut avoir une supériorité morale envers les autres.Il se référait au problèmes de l’union d’Italie sous la direction de Piemonte,mais il liait l’idée d’hégémonie au développement de la culture nationale-massive.Dans ses notes de prison,en parlant de point de vue de Gioberti,Gramsci note,qu’il a certaines visions jscobine,mais pas directes.C’est l’hégémonie nationale-massive et politique. Le travail de Gioberti peut vraiment considérer comme l’exemple excellent de la recherche pratique des faits de l’hégémonie dans l’histoire italienne.

Mais l’hégémonie selon Gramsci était un mélange de deux composants,de définition interitalienne et internationale,à laquelle l’auteur ajoute sa propre compréhension singulière et unique avec l’accent important de la covergence de la valeur de l’activité intellectuelle et très importante dans la société. Dans le cas de la réalité italienne,l’hégémonie,dont les situations théoriques et primaires il observait sous l’aspect de la fusion de trois faits,c’est sur la base de facteur de force,de la société civile et de la question de Sud dans la société.

Gramsci ,en employant le concept d’hégémonie,l’utilise de temps en temps comme un outil pour l’analyse historique et politique.Comme nous voyons,chez Gramsci la question de la nature d’hégémonie change selon l’objet d’un examen.Les points de vue et les commentaires de l’hégémonie que Gramsci présente dans sa « question de Sud »,se changent et reçoivent un autre accent et une autre teinte dans ses notes de prison.

En parlant du mouvement socialiste italien et surtout de rôle de la classe ouvrière,Gramsci met l’accent sur le fait que à partir du problème de l’évolution historique de la société italienne,on peut voir,que ce n’est pas de lutte,qui pourra être décrite comme seul le combat contre l’inégalité économique.Pour diriger les autres groupes subordonnés et surtout la paysannerie,le mouvement ouvrier italien doit comprendre les problèmes qui ont une grande importance culturelle pour la paysannerie italienne et les rendre ses propres problèmes.Donc Gramsci donne l’importance primaire de deux problèmes,ce sont l’Église catholique et la question du Sud.Gramsci insiste sur ces deux problèmes qui sont les bases de la situation plus subordonnée de la paysannerie et le mouvement ouvrier doit inclure la solution de ces problèmes dans ses programmes prioritaires.

Le processues d’hégémonie et les milieux d’application pratique. Les observations et les contradictions.

En localisant les points de vue de Lénine concernant les moyens d’expression d’hégémonie Gramsci conclut que le vrai groupe hégémonique doit soumettre la majorité de groupes subalternes à sa propre conception du monde. »Comme la fondation de la domination forme de nouvelles institutions idéologiques,comme elle limite les formes de la conscience et les méthodes de la reconnaissance,donc on peut dire,qu’elle est un acte de reconnaissance,un acte philosophique.Selon la langue de Croce,quand il devient possible d’introduire une nouvelle « morale » correspondant à la nouvelle conception du monde,c’est-à- dire l’investissement d’une nouvelle morale arrive à toute une reforme philosophique ».En continuant l’idée Gramsci note que pendant ce processus le groupe qui tend à l’hégémonie,changera à partir de l’organisation de son principe d’entreprise,il deviendra plus large,plus universel,plus attrayant.

Il convient de noter que cette définition large de la direction apporte avec elle de nombreux problèmes et de controverses.Le premier est ce que dans ce cas cette sitation permet au groupe qui n’a pas de pouvoir,de faire le choix et d’agir plus collectivement,mais c’est une capacité qui est spéciale pour le corps gouvernemental.Les gens de groupe dominant ont la possibilité d’observer clairement la situation et d’agir excellement que limiter par des processus idéologiques du système.

Deuxièmement,la vraie coopération avec des groupes subalternes signifie l’observation sérieuse des méthodes et des valeurs qui sont précieuses pour ces groupes,mais elles ne sont pas onligées d’être progressives.En discutant le rôle politique de l’Église dans sa « question du sud »,Gramsci arrive à la conclusion que dans le sud et dans le nord d’Italie le rôle et la situation d’Église ont une grande différence,en continuant,il constate que selon le développement historique l’Église du Nord est plus progressive,mais dans le Sud elle est plus régressive et les caractéristiques du système féodale sont plus appréciables.

Troisièmement,c’est la question de la mesure d’engagement des groupes subalternes dans la conception du monde de groupe dominant.Est-ce que le groupe dominant est obligé de faire des concessions économiques et idéologiques envers les gens qui se dirigent par lui et si oui,alors comment?

Il est également important le rôle des groupes dans le mouvement continuel et dans la hiérarchie d’hégémonie,car il est possible que le groupe ou des groupes subordonnés peuvent montre l’initiative de l’unité importante et en sortant contre le groupe dominant et « fondamental » ils tâchent de devenir le groupe dominant dans le système de cette hégémonie.

L’une des plus importante questions est ce que comment les groupes fondamentaux limiteront les tendances de groupe dominant et comment ils élargiront leur domination dans le système hégémonique.

L’obligation et l’accord dans la société. Les domaines applicables et les solutions possibles du pouvoir.

Gramsci argumente que dans les limites de processus de l’hégémonie les subordonnés passent une forme à l’autre,quand de statut de l’objet ils passent au statut de héros « principal »,de « personne historique ».Selon la principale contradiction ses subordonnés dominent idéologiquement les chefs de groupe sous l’aspect de la culture massive. Selon Gramsci,c’est un indicateur important et démocratique et il montre que le groupe dominant doit accepter le défi de sa direction.Dans son ensemble les accords actifs et directs entre les groupes qui se situent dans le système d’hégémonie,signifie la participation de tous à la gouvernance,même si elle conduit à la destruction ou au bruit évident. La perception de la réalité des aspitations des gens subalternes et son analyse arrive à cette idée simple que l’hégémonie est une action éternelle.

Elle doit être toujours attentive aux demandes changeables des groupes subordonnés et garder les limites du consensus mobile où elle domine.Le groupe qui tend à la domination,doit arriver à la direction après avoir pris le pouvoir et même après cela,il doit continuer sa direction avec le même « style ».Gramsci dit à cette occation: »L’administration politique devient l’un des aspects d’hégémonie,parce que l’absorption des groupes hostiles apporte leur décapitation et leur destruction,parfois pendant une longue période…La politique des gens sobres montre clairement que celle de la domination doit être effectuée avant le stade d’arriver du pouvoir et il ne faut pas s’appuyer sur ces ressources économiques qui sont fournies par le pouvoir concernant la bonne gouvernance ».

L’une des plus principales questions est ce que,pourquoi les groupes subordonnés prennent la conception du monde de groupe dominant et ils le rendent leur propre.Est-ce que c’est l’appropriation simple des valeurs et des sens donnés par le groupe dominant ou bien donne-t- on les privilèges économiques,matériels et politiques par le droit aux groupes subordonnés,si oui,dans quelle mesure?

Les institutions stables qui contribuent à la diffusion des idées et des valeurs de groupe dominant,favorisent aussi la réalisation et la réservation d’hégémonie par le groupe dominant. Sous cet aspect Gramsci définit le rôle de la société civile(la famille,l’église et les syndicats)qui,malgé lui,est la clé et le mécanisme pour le service du pouvoir et qui suppose que l’efficacité du pouvoir dépend de l’épuration possible des différences entre le pouvoir politique et la vie quotidienne. Comme le pouvoir politique développera la tendance de dépolitisation de la vie quotidienne,donc il renforcera de plus en plus sa domination. Ici,nous pouvons remarquer le contraste de Gramsci et de son temps.Le but est la révélation des formes de pensée dans les types de l’adaptation historique,leur mouvement positif et négatif dans les processus publiques.Il faut tâcher de travailler avec le raisonnement théorique les outils pratiques,applicables et résistants pour résoudre le problème principal de la coexistance sociale.

A partir des théoriciens6 de libéralisme d’Angleterre de 17ème siècle et des lumières français de 18ème siècle,l’idée que les directeurs gouvernent légitimement grâce à l’accord des gens qui se gouvernent,est la plus importante dans les théories de la science politique et des autres disciplines. L’un des points clés de la théorie d’hégémonie de Gramsci est la question de l’application de la force.Ici,il y a la relation et les contradictions de Gramsci et de discours libérale de son temps,en la personne de Max Weber7 ,avant lui Hobbes et des autres.Qu’est-ce que fait le groupe atteint la domination dans le cas où il ne peut pas mélanger ses groupes subordonnés dans sa vision culturelle et politique. Dans les processus sociaux quels sont les rôles des réalités de »violence » et de « consentement »,quels sont les mécanismes applicables qui donnent la vie pour l’hégémonie.

En parlant de processus de confirmation et de conservation avec le corps d’État,le marxiste et le structuraliste français Louis Althusser(1918-1990) revient aussi sur les réalités de consentement et d’obligation.En notant que le pouvoir porte non seulement les fonctions de l’oblidation,mais celles de conviction et en portant la tradition marxiste,il ne reste pas indifférent à la valeur du rôle d’hégémonie dans l’observation du pouvoir d’État.En soulignant l’importance et la valeur d’hégémonie dans le processus de la reproduction du pouvoir d’État il distingue deux types d’appareils d’État.Le premier type est l’appareil idéologique d’État(la famille,les syndicats,la presse,l’art,la culture,la religion) dont la fonction principale est l’assurance de l’activité d’idéologie.Le second type qui fonctionne à la violence(l’armée,la police,la cour,le gouvernement).L’un des plus grands philosophes contemporains G.Agamben note que l’appareil d’État a toujours la fonction stratégique et concrète et il est toujours en relation avec la force.

La défaite du mouvement socialiste italien a laissé une grande influence sur les points de vue,des pensées et de la conception du monde de Gramsci.Une longue chaîne des échecs qui a laissé sa trace sur la transformation,sur la réinterprétation des idées et des points de vue des jeunes.

En Europe l’écrasement du mouvement ouvrier,la défaite du mouvement ouvrier italien dans de plusieurs fronts,par la bourgeoisie,par l’appareil d’État,puis par le mouvement fasciste.C’est clair,que Gramsci ,comme le théoricien et l’homme politique pratique à la fois,doit essayer d’analyser et de comprendre les causes qui sont devenues la base pour cette défaite.Après avoir reçu l’image complète,Gramsci arrive à la conclusion que la classe ouvrière italienne était simplement incapable dd former des alliances importantes et politiques avec des autres groupes subordonnés,particulièrement avec la paysannerie et l’intelligentsia. Gramsci conclut,que la condition la plus importante pour la victoire de la lutte doit être la solution de séparatisme hostile et de perception non mutuelle entre de différents groupes sociaux. Gramsci trouvait la solution de cette situation contradictoire et le règlement de ce problème dans la condition indiscutable de victoire de grands conflits,à l’avantage de classe subalterne.

Voilà l’interprétation de théorie d’hégémonie selon Gramsci se présente avec les traits plus laconiques et générals.

À suivre…


1Antonio Gramsci est considéré comme le pire ennemi et le prisonnier célèbre de régime fasciste de B.Mussolini.En 1926-1937 il était en prison où il est mort.

2Dans la théorie classique,marxiste on a des fonctions unilatérales et invariable du base et de la superstructure.Le base(le base économique de la société) détermine l’essence et les manifestations fonctionnelles et possibles de la superstructure(les systèmes sociaux,politiques et culturels).

3Selon la théorie d’hégémonie de Gramsci le système idéologique est un élément inséparable et central de système d’hégémonie.Il faut se rappeler les particularités de la perception d’idéologie gramscienne.

4L’un des fondaments de la théorie de Saussure est l’étude du signe,qui se présente comme l’unité conventionnel de signifié et de signifiant,car le signifié n’a pas rapport au signifiant,son choix n’est pas argumenté.

5Ferdinand de Saussure peut être considéré comme le père du structuralisme,ses œuvres et ses idées ont laissé une influence décisive sur la palette de temps et de l’idée future.

6Dans son œuvres »Léviathan » en parlant de relation entre l’individu et la souvetaineté Thomas Hobbes note que l’accord n’exclut pas l’obligation.Il confirme que c’est raisonnable pour un individu,donner son consentement à sa classe supérieure grâce à l’application potentielle de sa classe supérieure,du pouvoir,de la force et de la violence.

7Ils’agit d’affirmation célèbre de Weber,que seul l’État a le privilège légitime de la violence dans certain endroit et le droit de l’application de violence et de l’obligation.


  1. Abercrombie N, Hill S, Turner B.S. The Penguin Dictionary of Sociology, Penguin Books, 1994․
  2. Թորես Կ․Ա․, Ժողովրդավարություն, կրթություն և բազմամշակութայնություն․քաղաքացիության երկընտրանքները գլոբալ աշխարհում, Երևան, 2005։
  3. Jeremy Lester, Dialogue of Negation: Debates on Hegemonyin Russia and the West,London, Pluto Press, 2000.
  4. Karl Marx, Friedrich Engels – The German Ideology (1998); К. МарксиФ. ЭнгельсСочинения. Т.3, М. 1955. 629 с.
  5. Սոսյուր Ֆերդինանդ դե, Ընդհանուր լեզվաբանության դասընթաց, Երևան, 2008, 372 էջ։
  6. Wittgenstein Ludwig, Philosophical Investigations, second edition, translated by G.E.M. Anscombe (Oxford: Basil Blackwell, 1958)․
  7. Ives Peter․Language and Hegemony in Gramsci․Pluto press. London, 2004.
  8. Ленин В. Л., Полное собрание сочинений,. Т.6,11,33,41 М, 1963,1972,1974.
  9. Holst J. (1999) ‘The Affinities of Lenin and Gramsci: Implications forRadical Adult Education Theory and Practice’, International Journal ofLifelong Education, 18, 5.
  10. Gioberti Vincenzo, Del primato morale e civile degli italiani (2 vols., Brussels, 1843); reference in what follows is to the second edition (2 vols., Capolago, 1844). Տես․ Haddock Bruce (1998). Political Union without social revolution, The Historical Journal․
  11. Грамши Антонио. Избранные произведения в трех томах. Т. 3. М.1959. 560 с.
  12. Thomas Hobbes, Leviathan, revised edition, edited by Richard Tuck(Cambridge: Cambridge University Press, 1996)․
  13. Max Weber, ‘Politics as a Vocation’, in From Max Weber, edited and translated by H.H. Gerth and C. Wright Mills, (New York: Oxford University Press, 1946)․
  14. Althusser L. Idéologie et appareils idéologiques d’Etat // Althusser L. Positions (1964–1975). Paris: Les Éditions sociales, 1976․
  15. G. Agamben, What is and Apparatus? And other essays. Stan. Univ. press. 2009․


Auteur: Gor Madoyan. © Tous droits réservés.

Traduit par Lilit Harutyunyan.


 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here