La doctrine géopolitique de l’Etat islamique: califat

Photo: indiatoday.intoday.in
Photo: indiatoday.intoday.in

Aujourd’hui le problème prioritaire qui est surgit devant le public international et la sécurité mondiale et bien sur l’Etat islamique. Le dernier est cessé d’être plus une organisation terroriste et il est transformé à un quasi-Etat qui a des prétentions de grande conquête. L’Etat islamique planifie de créer une union panislamique dans laquelle seront inclus l’Afrique du Nord et central, l’Espagne, les Balkans, l’Asie du Sud-ouest totalement, le Crimée, la Russie du Sud, l’Asie Centrale, le Pakistan, l’Inde, l’Indochine, l’Indonésie etc. Pour réaliser ce plan fantastique les idéologues d’EI ont englobé dans leur arsenal quelques outils et instruments assez sérieux. Dans cette analyse nous allons essayer de présenter l’institution du califat, le principal et le plus dangereux entre eux.

Califat 

Le premier Etat des Musulmans est fondé dans le cadre du commencement de l’islam. Le fondateur de l’islam était Mahomet (570-632), qui est né à la Mecque, le centre païen des tribus arabes. Sous sa direction le modèle de la gestion tribale s’est transformé en modèle communautaire, où l’essentiel était l’attitude envers la religion. À Medina, plus tard à la Mecque la première communauté musulmane était totalement fondée autour de la personnalité du prophète. Le dernier ne réalisait pas seulement la justice, mais aussi il l’incarnait lui-même et ainsi dans tous les domaines. Dans la communauté la vie politique, militaire, de droit, sociale, économique, spirituelle était liée à sa personne. Par son essence le système de gouvernement créé par Mahomet n’était pas neuf, c’était un despotisme typique bien qu’il contient des certaines libertés communales. Cependant, la particularité de ce système était l’intégration de la vie spirituelle et laïque et de leurs pouvoirs. Après la mort de Mahomet la communauté s’est plongée dans une crise profonde, puisque l’ancre principale du pouvoir s’est disparu et le pouvoir n’était pas encore institutionnalisé. Sur ce phone, ainsi que les risques du refuser l’islam, et de revenir au polythéisme, de l’hostilité tribale, de la démission, du système de gouvernement etc, ainsi il y avait une nécessité de créer un système hiérarchique rigoureux  du  pouvoir et  une position de son chef Mahomet qui est le vicaire terrestre.

Le mot «calife» traduit par l’arabe signifie «suppléant, vicaire», qui est le leader spirituel et politique de la communauté musulmane, et aussi le vicaire de califat, l’Etat musulman théocratique. Au début les califes ont été considérés comme les vicaires de Mahomet envoyés au nom d’Allah (Dieu), et à partir de la dynastie Omeyyades les suppléants d’Allah avaient des pleins pouvoirs exclusifs et sacralisés. Abou Bakar As-Siddiq est devenu le premier calife (572-634). De plus, si dès le début les califes étaient électifs, puis sous la dynastie Omeyyades, le califat a acquis de nouvelles qualités et il est devenu monarchique (héréditaire et absolu). Califat est un système monarchique théocratique basé sur le Coran, les lois de la charia et la théorie du droit traditionnel. Calife comme le chef du califat avait tenu le pouvoir spirituel et laïque. Comme un Etat le califat classique a existé entre 632-1258, lorsque l’armée de Houlagou Khan a conquis et détruit Baghdad, puis ils ont tué Al-Musta’sim le dernier calife et sa famille. Après deux siècles en 1453 avec la conquête de Constantinople, l’Empire ottoman a été établi, qui crée un nouveau califat. Les sultans ottomans commencent à porter le titre de calife, le chef spirituel et laïque suprême de tous les musulmans. Cela leur a permis de se présenter comme le leader spirituel et laïque de la population musulmane. L’Empire ottoman a déclaré en 1922, lorsque Mustafa Kemal l’a annulé. Jusqu’à récemment cette importante institution panislamique était tombée dans l’oubli et personne ne la prétendait. Donc, la base idéologique du pouvoir est fondée sur la religion, ses commandements et les lois qui redissent toutes les sphères de la vie. Grâce à la duplicité, la puissance du calife est sacralisée.

Islam qui est une religion totalitaire par son essence, en fait il pleut servir à un seul homme et à un système établi autour de sa personnalité. À son tour le califat est un Etat commun, international panislamique, qui correspond entièrement à la doctrine islamique et à ses principes. Il est important de comprendre qu’en même temps il peut exister seulement un califat. Le sens principal de l’existence du califat est l’union de tous les musulmans et la conquête de la priorité totale, international. C’est-à-dire s’il y a un califat  il tendra toujours à la domination internationale et à la mondialisation de l’islam.

Néo-califat

Aujourd’hui l’Etat islamique qui est une organisation terroriste interdite par certaines Etats et organisations internationales déclare ouvertement ses plans sur la création d’un nouveau califat. Son chef Ibrahim Awad a déjà été proclamé le calife prenant le nom d’Abou Bakar al-Baghdadi (il est remarquable, qu’il a pris le nom du calife précité et le cognomen de Baghdad, la capitale des orthodoxes). Il a également pris le titre d’Amir al-Mu’mini qui signifie «le protecteur des orthodoxes» (après la décline de l’Empire ottoman ce titre a été utilisé pour la première fois). Baghdadi s’est proclamé comme le successeur du prophète. Ceci avec le titre de calife lui donne un pouvoir spirituel et laïque parmi les musulmans. La  tentative ouverte de légitime et institutionnalisme son propre pouvoir est évidente. En tenant compte des vastes territoires sous le contrôle de l’EI et de ses ambitions impérialistes. C’est plus que dangereux. Il ne faut pas sous-estimer l’influence de la religion sur la société en particulier sur la société musulmane, donc les couches socialement non assurées sont impliquées dans les cadres les plus analphabètes et les plus arrières du monde. La religion les oblige à obéir au calife qui est un et le seul, donc la foule doit lui obéir. Cette prédiction religieuse traditionnelle a eu un effet plus important sur la jeunesse qui est analphabète et qui révèle un comportement extrême. L’institution du califat ne sera plus abolie seulement par le meurtre de Baghdadi d’ailleurs s’il sera tué il deviendrait un modèle et un symbole du martyr pour le prochain calife à lutter avec une nouvelle envergure contre les infidèles.

Malgré les critiques actuelles des théologiens et des dirigeants spirituels de l’islam, les enquêtes sociologiques montrent que près de 11-14% de la population de certains pays musulmans approuvent déjà le concept d’un nouveau califat, calife et ce n’est que le début. Devant l’EI et son contingent instrumentale ou peut utiliser les mesures suivantes :

  1. Une opération militaire de grande envergure qui sera visée non pas à la destruction d’une seule personne, mais à la destruction de toute l’organisation, de son personnel et se son instruction.
  2. Des grandes enquêtes internationales de grande envergure pour découvrir les forces qui financent l’EI et la mis en œuvre des sanctions appropriées.
  3. Organisation des mesures protagonistes qui incluront des imams et d’autres autorités, spirituelle qui présenteront les prétentions géopolitiques de l’EI et l’essence irrationnelle, illégitime, illégale et annexionniste des concepts extrêmes et des ambitions des autorités de l’Etat (ça est aussi bénéfique pour les imams et les autres autorités spirituelles, car la restauration du califat les rendra dépendants).
  4. Fournir aux classes socialement non assurés de différents pays musulmans une éducation élémentaire laïque dans les cadres des programmes de développement de l’ONU, qui vont considérablement réduire non seulement le niveau d’alphabétisme dans ces pays, mais aussi l’extrémité.
  5. Interdiction des mouvements politiques et religieux visés à la restauration du califat en les qualifiant de recherche du totalitarisme et de propagation du terrorisme, comme le nazisme, le fascisme et d’autres institutions terroristes. Les derniers comme des courants politiques -religieux sont interdits internationalement, car il tente au contrôle total et complet sur l’activité physique des gens et la société, ainsi que la destruction physique de certains groupes de personnes et de suprématie mondiale. Toutes les prétentions mentionnées ci-dessus sont typiques pour les moments dirigés vers la restauration du califat.
  6. Critique de toutes les formes qui ont aidé l’EI dans les cadres de l’ONU et l’inculpation pour les crimes contre l’humanité. L’organisation de tribunaux internationaux contre les autorités de l’EI et ses commanditaires.

L’Etat islamique est un exemple assez marquant, comment on peut réanimer les outils et les institutions oubliés depuis longtemps sans aucune base légal et légitime pour ses propres intérêts politiques et autres. Malheureusement, cet exemple est dirigé contre l’humanité et la civilisation, et sans une réponse équivalente il pleut devenir précédent.


  1. Caliph,https://www.britannica.com/topic/caliph
  2. Caliphate,http://www.britannica.com/place/Caliphate
  3. Caliphs,http://www.allaboutturkey.com/halife.htm
  4. Ottoman Empire,https://www.britannica.com/place/Ottoman-Empire
  5. ISIS, http://www.britannica.com/topic/Islamic-State-in-Iraq-and-the-Levant
  6. ISIS, http://www.dailymail.co.uk/news/isis/index.html
  7. Katherine, B. Lewis, The Cambridge History of Islam: Cambridge University Press, 1995․
  8. Юрчук В.В., Ислам, Минск, Современное слово, 2004․


Auteur: Areg Kochinyan. © Tous droits réservés.

Traduit par Lyudmila Galstyan.


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here