Les causes de la création de l’État islamique et la lutte contre lui

Photo: abcnews.go.com
Photo: abcnews.go.com

Ces dernières années le Moyen-Orient reste le point le plus chaud de la politique internationale comme un foyer de conflit d’intérêts géopolitiques de plusieurs États puissants. Récemment dans la région il y a un autre joueur, c’est l’État islamique en Irak et au Levant. EIIL est une organisation terroriste. Elle est fondée par Ibrahim Awad Ali al-Badri proclamé calife et imam, elle a une direction centralisée et hiéarchique où le calife est le chef du gouvernement. EI est une organisation extrémiste Sunnite et elle menace de détruire les États ayant une autre religion et d’autre valeurs dans la région où elle a établi son contrôle. A ce moment elle contrôle la partie nord-est de la Syrie et le «triangle sunnite» de l’Irak. Selon les différentes sources la grandeur des territoires sous le contrôle d’EI est 60-80 mille². Cette organisation a acquis une partie de ses armes comme une aide pendant la lutte des forces occidentales, des saoudiens et la Turquie contre Assad. Selon les dernières données et les recherches on a volé la plupart de l’équipement militaire et des armes de cette organisation aux armées syriennes et irakienne, en particulier en 2014, après la prise de Mossoul. Parmi les armes légères il y a M16 de l’armée américaine, les AK, enlevés aux armée syriennes, mais les roquettes M7990 mm, qui ont été fournis en 2013 par les saoudiens à l’opposition anti-Assad, sont utilisés comme des missiles antichars. Après la prise de Mossoul il y a aussi les systèmes missiles balistiques scud, enlevés à l’armée irakienne, quelques avions MiG-21, 30 chars soviétiques T55 et 10 chars T72. En outre, EI a utilisé des armes chimiques à Kobané. C’est la plus riche organisation terroriste du monde. Au début elle subsistait grâce aux dons, aux rançons payées pour les prisonniers, mais plus tard elle est devenue une organisation financièrement indépendante et stable. Maintenant la plupart de puits de pétrole de l’Irak et de la Syrie se trouve sous le contrôle d’EI. Seulement les deux raffineries de pétrole de Mossoul produisent 16000 barils pétrole par jour. 45% des ressources du gaz de la Syrie se trouvent sous leur contrôle, mais on ne peut pas encore utiliser ces ressources. Selon les différentes sources le revenue de la vente du pétrole d’EI attaint 2-6 millions de dollars par jour.

La décision adoptée par la Turquie sur la question de la Syrie oblige à se méfier. Le rôle du facteur religieux augmente en Turquie. De plus il tâche d’accroître son poids politique et son influence dans la region. Le Parti de la «justice et du développement» de la Turquie approche du rôle régional de la Turquie sous l’aspect de son passé ottoman et au moyen de diffusion de leur influence sur les autorités voisines il tâche de créer un État ressemblant au califat. Sauf de l’augmentation de son influence la Turquie doit empêcher la séparation de la Syrie, parce qu’elle aboutit aux nouveaux développement sur la question kurde.

Peut-être c’est le seul point où les intérêts de la Turquie coïncident avec ceux de la Russie. En Syrie l’influence russe et la présence militaire peuvent être garanties par le régime d’Assad, sinon les conséquences sont imprévisibles pour la Russie. Revenons de nouveau sur la Turquie. Même si les autorités turques déclarent que l’idéologie d’EI se distingue diamétralement par les idées islamiques, l’existence d’EI est aventageux pour la Turquie. En soutenant l’EI la Turquie favorise l’affaiblissement de la position des pays arabes, en particulier celle de la Syrie, de l’Irak et de Liban et elle reçoit de nouvelles armes en cas des conflits possibles contre l’Iran. Les armées islamiques traversent librement les frontières turques, même selon certains rapports elles ont reçu le soutien militaire direct de l’armée turque pendant quelques opérations. En Turquie la plupart du gaz naturel et du pétrole est importé de la Russie, mais le ressource énergetique iranien plus cher est la variante alternative. La Turquie a le problème de diversification de son marché énergetique. La Turquie se trouve dens le centre de plusieurs scandales internationales, car elle a importé illégalement du pétrole et du gaz du Kurdistan irakien sans le consentement des autorités irakiens, mais maintenant les besoins du pétrole et du gaz peuvent se satisfaire du pétrole importé illégalement d’EI. Sous la pression des États-Unis la Turquie a laissé passer certains groupes des Kurdes en Syrie et lutter contre EI, mais elle refuse de mener des opérations actives. La cause est ce que grâce à ces opérations le niveau de conscience peut augmenter chez les Kurdes et les relations entre les Kurdes de l’Irak, de la Syrie et de la Turquie peuvent s’approfondir, ce qui peut aboutir à l’augmentation des Kurdes syriens et à la propositions de la création de l’autonomie kurde dans la région nord de la Syrie, mais c’est très dangereux pour la Turquie concernant les Kurdes qui habitent la Turquie.

Récemment les déclarations du groupes «État islamique» concernant les intentions vers les pays du Caucase et d’Asie centrale se sont activées. Dans le corps d’EI le nombre des militants arrivés des pays du Caucase est environ 1500. En combinant les intérêts futurs nous comprenons que l’Arménie est un clou sénfoncé dans la voie de la création d’un État islamique futur commençant de l’Irak et de la Syrie et s’étendant en Russie vers la Chine. Après avoir renforcer leurs positions en Syrie et en Irak les militants d’EI peuvent devenir dangereux pour la sécurité nationale de l’Arménie. Ce n’est pas un hasard que pendant les exercices militaires «Shant 2015», qui a passé en septembre 2015 en Arménie, l’action possible en Turquie est l’un des scénarios possibles en cas de confirmation du contrôle d’EI.

Les prétentions d’EIIL à l’égard du Caucase sont inévitables, en particulier si on tient compte la possibilité de la révolution islamique en Azerbaïdjan où bien le scénario de l’accès des combattants à Nakhitchevan en cas de quelques circonstances. Cela contredit aussi les intérêts territoriales de la Russie, mais dans ces conditions et dans cette région difficile sera-t-il capable de défendre ses intérêts. Il n’y a pas d’autre variante pour la Russie, parce qu’elle peut perdre son unité territoriale propre en perdant cette région.

En examinant les capacités militaires d’EI (selon différentes sources 50000-250000 personnes) et en comprenant les dangers de cette opération pour la région, la question se pose de savoir comment on a lutté jusqu’à aujourd’hui contre EI.

Dans ce contexte la question des dirigeants de la lutte devient importante.

  1. La coalition internationale dirigée par les États-Unis contre EI.

En septembre 2014 après la peine de mort de deux journalistes américains par EI, le président des États-Unis Barack Obama a annoncé le début des opérations militaires contre EI. The New York Times, en faisant référance à la Maison Blanche, rend claire, que les opérations militaires sont programmées de se passer en 3 étapes: les coups d’avions, le recyclage des armées irakiennes et kurdes et l’extermination des terroristes dans les abris syriens. La plupart des pays de l’UE, l’Arabie Saoudite, la Jordanie, les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Qatar, le Royaume-Uni, le Danemark et l’Australie sont dans cette coalition.

  1. Les militants de «peshmerga» kurde.

En 1970 au nord de l’Irak une autonomie kurde à été créée, qui avait beaucoup de droits accordés par la constitution irakienne, même elle avait le droit d’avoir son propre armée («peshmerga» qui est au devant de la mort). Le nombre des militants de peshmerga est d’environ 190000.

  1. L’armée gouvernementale irakienne.

Selon les annonces du ministère de la Défense des États-Unis, l’armée irakienne est dans une situation désespérée. Néanmoins, elle est une grande force et elle comprend 190000 militants et près d’un demi-million policiers.

  1. Les militants kurdes de la Syrie.

C’est une organisation, créée par les Kurdes du nord de la Syrie. Le nombre des militants est d’environ 65000, dont le tiers sont des femmes.

  1. L’armée gouvernementale syrienne.

En 2011 au début de la guerre civile le nombre d’armée était un demi-million, y compris la réserve. En 2015 elle a réalisé quelques opérations avec le «Hezbollah» de Liban, qui est un groupe militaire chiite.

  1. La Russie

Dès le 30 septembre 2015 en Syrie les forces aériennes ont réalisé les opérations militaires contre EI. Pour cette réalisation on employe 30 bombes et les avions d’attaque, 4 avions de chasse, Mi-24 et Mi-17 hélicoptères. En Syrie la base aérienne russe se protège par la marine russe dans la Méditerranée.

Donc, les grandes forces militaires et financière luttent contre EI, mais à cause de conflit de leurs intérêts on ne réussit encore.

Le rapport des intérêts des États régionals

Dans la région la lutte principale se passe entre l’Israël-l’Arabie Saoudite et l’Iran pour la distribution et la redistribution de l’influence. De facto l’Arabie Saoudite est le chef du monde sunnite, et l’Iran est celui du monde chiite. Le renforcement de l’Iran et de ses alliés et l’agrandissement de leur influence dans la région sont la cause que

  1. l’Israël et l’Arabie Saoudite sont prêts à coopérer entre eux.
  2. Les États-Unis sont non seulement prêts, même ils ont commencé à soutenir les groupes radicaux dans la lutte contre eux, par exemple depuis 2011 en Syrie, qui est le principal allié de l’Iran, les États-Unis soutiennent les groupes radicaux opposants, mais pendant les années 1980-1988 ils soutiennent le pouvoir de Saddam Hussein contre la lutte de l’Iran.

Les dossiers du Bureau central d’enquête de Foreign Policy publiés en 2013 prouvent que les États-Unis ont aidé Saddam pour l’utilisation du gaz toxique contre l’Iran. Dans l’article on dit que les services de renseignement américains étaient au courants de l’utilisation des armes chimiques de l’Irak contre l’Iran, mais on n’a pas prévenu et même on n’a pas exprimé leur opinion contre lui. L’article note que les forces militaires irakiennes se sont servi des données des satellites américains et celles d’autres de recherche. Selon les même données, si on n’utilisait pas les armes chimiques, les armées iraniennes perceraient la défense irakienne et elle gagneraient la guerre, ce qui favoriserait le renforcement brusque de l’Iran et l’augmentation de son influence dans la région. Après la chute du pouvoir de Saddam Hussein les chiites arrivent au pouvoir en Irak grâce aux Américains, ce qui aboutit au rapprochement des relations entre l’Irak et l’Iran après la longue pause.

On a créé «shia Crescent» (un croissant chiite), qui s’étendait de l’Iran à l’Irak jusqu’au Liban où les chiites étaient au pouvoir, ce qui inquiètait la dynastie saoudienne.

Après 2004, les États-Unis ont été réduits à changer leur politique dans la région. Dans l’article «Redirection» de Seymour Hersh publié en 2007 dans le magazine américain The New Yorker on dit, que les États-Unis devront employer les forces sunnites au Moyen-Orient, pour qu’ils gardent sous leur influence les chiites de l’Irak, qu’ils affaiblissent le Hezbollah libanais, qu’ils empêchent le renforcement de l’Iran chiite et qu’ils affaiblissent la Syrie, le principal allié de l’Iran. En disant les forces sunnites les États-Unis ont en vue premièrement l’Arabie Saoudite. N’oublions pas que Al-Qaïda est composé principalement des musulmans sunnites. L’activation des forces extrémistes sunnites, y compris la création d’un État islamique pouvaient devenir la conséquence indésirable de cette même politique. Hersh trouve que les États-Unis ne peuvent pas assurer un équilibre entre les deux forces en soutenant les chiites en Irak et en aidant les sunnites contre la lutte d’Iran. Cette situation ressemble à celle des années 80 où en désirant de s’opposer à l’Union soviétique à Afghanistan les États-Unis ont soutenu la résistance islamique, qui a formé plus tard Al-Qaïda.

On peut chercher les racines de tout cela dans la division des sunnite et des chiites, ce qui a eu lieu à cause des raisons religieuses au 7ème siècle. Les sunnites dominaient dans le califat arabe, donc à l’avenir dans l’Empire ottoman. Presque 90% des musulmans du monde sont les dunnites, mais les chiites sont majoritaires en Iran, en Irak, à Bahreïn et à Liban. Dans la région qui est riche en pétrole l’augmentation de l’influence du croissant chiite inquiète l’Occident et les sunnites. Le renforcement de l’Iran inquiétait l’Arabie Saoudite non seulement parce qu’il bouleverserait l’équilibre des forces dans la région, mais il peut aboutir aux plusieurs problèmes à l’intérieur de l’Arabie Saoudite. Le fait est ce que le nombre des chiites est assez grand dans une partie orientale de l’Arabie Saoudite riche en pétrole, voilà pourquoi la prévention du renforcement des pays chiites est plus importante pour l’Occident l’Israël et les pays sunnites, que la destruction d’EI. En 2014, le chef d’État-Major des armées des États-Unis Dempsey a déclaré au Congrès qu’il connaît plusieurs alliés arabes des États-Unis, qui soutiennent l’EI, mais l’un des sénateurs a répondu, que l’armée syrienne libre est incapable de lutter contre Assad, alors que l’EI essaye de l’éliminer. Mais l’octobre 2014 Joe Biden a annoncé que les saoudiens, les États-Unis et la Turquie se sont intéressés au renversement d’Assad tant qu’ils sont prêts à disposer aux centaines de millions de dollars et aux centaines de tonnes d’armes ceux qui sont prêts à lutter contre Assad. Il est possible que l’EI est la conséquence de tout cela.

En 2014 les soldats de l’ONU sur le plateau du Golan annonçaient aux combattants de Jabhat al-Nosra le soutien par l’Israël. On a remarqué un grand flux des combattants de même al-Nosra et d’autres groupes anti-Assad vers EI. Donc, il est clair que le croissant chiite et la lutte contre l’EI sont une question de choix pour les forces représentées. À l’heure actuelle l’augmentation de l’influence des pays du croissant chiite est plus grand danger pour beaucoup de pays que l’existence d’EI contre lequel on commencera des actions réelles et destructrices en cas de l’affaiblissement extrême de l’Iran et de ses alliés. Le Moyen-Orient a une grande importance pour les superpuissance sous l’aspect de l’économie mondiale, donc il est très important de voir que quelle influence sera plus grande dans la région.



Auteur: Hmayak Baghramyan. © Tous droits réservés.
Traduit par Lilit Harutyunyan.


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here