Harry Potter et le choix des adultes

Harry Potter est une série de livres pour enfants écrite par un auteur britannique, J. K. Rowling. Une série de films basée sur le roman a été tournée qui est aussi réussie que le livre. La série jouit d’une grande popularité, d’une réputation mondiale et d’un succès commercial dans le monde entier. Elle est souvent considérée comme la pierre angulaire de la littérature moderne. La série a également eu son lot de critiques, tels que le souci du ton de plus en plus sombre avec la progression de la série, ainsi que les scènes de violence effrayantes qu’elle dépeint. Cela fait plus de 20 ans que le premier livre de la série a été publié, mais il n’a toujours pas perdu son actualité. En outre, il continue d’être si populaire que l’auteur continue à étendre le monde d’Harry Potter avec des films tels que « Animaux fantastiques » (Fantastic Beasts and where to find them). À part les Potteriens, les séries Harry Potter ont également attiré un large public adulte. L’analyse suivante vise à discuter des raisons qui rendent le livre intéressant non seulement pour les enfants, mais aussi pour les adultes.

La raison pour laquelle beaucoup d’enfants aiment les livres et les films consiste dans le fait que la magie est fascinante pour eux. La série est écrite si minutieusement que de nombreux enfants croient au monde que Rowling a créé et ils rêvent d’en faire partie. Ce n’est pas seulement les enfants qui croient au monde magique créé par Rowling, mais aussi les adolescents et les adultes. Ce facteur a suscité le mécontentement des groupes religieux conservateurs : ces personnes croient que les scénarios mystiques portent du malheur en accusant l’auteur de promouvoir la sorcellerie. Ils ont même brûlé les livres en signe de protestation.

Le fait que la série soit appréciée par les adultes, peut être confirmé par les recherches menées par les Scholastiques. Selon les recherches effectuées en 2000, 35% des lecteurs d’Harry Potter sont des adultes et, dans quelques années, le nombre a atteint 50%. C’est pourquoi les livres sont vendus en deux versions : avec une couverture pour les enfants et une couverture plus sombre pour les adultes. Certaines universités offrent même des cours basés sur Harry Potter, où la série est discutée et analysée sur le plan académique.

La première raison pour laquelle beaucoup d’adultes aiment la série est que beaucoup de gens ont simplement grandi avec la série. Elle rappelle aux adultes la nostalgie de leur enfance. Pour de nombreuses personnes, l’enfance est considérée comme la période la plus heureuse de leur vie et la série réveille ces souvenirs. Ainsi, la série et les héros sont devenus un lien entre l’enfance et l’adolescence pour beaucoup de gens.

Mais le fait est que tous les fans d’Harry Potter n’ont pas commencé à s’intéresser à la série comme des enfants. À cet égard, certains adultes pourraient aimer la série parce que tout le monde a besoin de magie dans sa vie et que la série est un moyen idéal d’apporter un peu de magie dans leur vie quotidienne. La recherche de la magie dans l’espoir d’échapper à la réalité a créé des adulescents.

Adulescent

Les adultes qui tentent de fuir la tristesse de la réalité ont émergé le nouveau phénomène connu sous le nom d’adulescent (en anglais : kiduts – kid + adult) qui désigne un adulte aux goûts enfantins. Dans ce cas, les adulescents sont principalement ceux que les gens appellent « jeunes au cœur » : les adultes qui cherchent à s’échapper de la réalité. Pour certains, c’est une chance de retrouver les ravissements insouciants de l’enfance, pour d’autres, c’est une chance de se détacher des difficultés de la vie adulte, tandis que pour d’autres, c’est les deux.

Ce monde imaginaire sert non seulement à échapper à la réalité, mais aussi à devenir une sorte de thérapie aidant à surmonter des problèmes psychologiques personnels et internes tout en incitant à être inspiré. Or, une autre raison pour laquelle beaucoup d’adultes sont des fans d’Harry Potter, c’est que beaucoup d’entre eux tentent de fuir la grisaille de la réalité.

Sentiments et expériences matures

Dans ses livres, Rowling a abordé les sujets issus des expériences vécues par elle-même, comme la perte d’un parent, la dépression et d’autres difficultés de la vie. Certes, de nombreux enfants risquent de perdre un être cher à un âge précoce, mais statistiquement, les pertes de chez les adultes sont beaucoup plus fréquentes. C’est pourquoi beaucoup d’adultes peuvent s’identifier à Harry en le comprenant, ils se sentent plus proches du héros. Le sujet de la dépression est largement discuté dans les livres présentés par les Détraqueurs, ce qui le rend plus ciblé pour les adolescents et les adultes plutôt que pour les enfants, car les enfants sont moins susceptibles de souffrir de dépression que les adolescents ou les adultes. Dans la série, les gens peuvent aussi être témoins des effets d’un traumatisme sévère chez les adolescentes, dont Sirius et Snape sont des exemples, et certains adultes peuvent également interagir avec eux.

Les personnages que Rowling a construits ne sont généralement pas en noir et blanc : ils ont leurs défauts et leurs bons côtés. En comparant les livres, on peut observer que si dans le premier livre les personnages sont bons ou mauvais, dans les livres suivants, la frontière entre le bien et le mal a commencé à disparaître lentement. Cela peut s’expliquer par le fait qu’en écrivant le premier livre, l’auteur avait en tête l’idée que le livre ciblerait les enfants et que pour eux, il est plus facile de comprendre que quelque chose est bon ou mauvais et il n’y en a pas entre les deux. Le premier livre devenant également populaire auprès des adultes, les personnages sont devenus plus complexes et plus réels. Les lecteurs ont commencé à remarquer que les héros positifs de la série qui semblaient à première vue être idéals ne sont pas aussi parfaits qu’ils le paraissent et ceux qui appartiennent au côté obscur ne sont pas aussi mauvais et ont des qualités. À un moment donné, tous les héros commencent à avoir des personnalités tellement réelles qu’il devient très difficile de comprendre qui est du côté de qui, rendant la série encore plus intéressante pour le lecteur/spectateur. Contrairement aux autres livres d’enfants tels que le Monde de Narnia (Chronicles of Narnia), où les héros principaux sont parfaits à tous égards, dans cette série, les héros, leurs relations, les conflits et généralement l’interaction humaine sont proches de la réalité. Les héros ne sont pas idéalisés, ils sont comme ils le sont avec tous les défauts et toutes les qualités. J. K. Rowling le mentionne par l’intermédiaire de Sirius Black : « En outre, le monde n’est pas divisé en bonnes et mauvaises personnes. Nous avons tous la lumière et l’obscurité à l’intérieur de nous. Ce qui compte, c’est le rôle que nous choisissons d’agir. C’est qui nous sommes réellement ».

C’est moins simple qu’il paraît

La série a également des racines littéraires très sérieuses qui mélange divers genres de roman. Il a des caractéristiques du roman gothique. Il est intéressant que ce mode fût à son apogée pendant la seconde moitié du 18ème siècle et la plupart des femmes écrivaient dans ce genre. Le roman gothique est un roman d’horreur et de secrets et dans Harry Potter, nous pouvons trouver beaucoup de particularités de ce genre.

Toute l’histoire est pleine de secrets à partir du tout début quand le héros découvre le fait d’être un sorcier et qu’il existe un monde magique à côté de celui de nôtre. Voldemort, le principal antihéros de la série, est la représentation de l’horreur, qui est également connue pour ses secrets. L’ordre « celui qui ne doit pas être nommé » témoigne les moments les plus sombres qui rendent le roman plus effrayant. Même l’idée de Hogwards rend la série gothique, car dans un roman gothique, il devrait y avoir un château et Hogwards en est un exemple parfait. Les portraits et les tunnels présents dans le château sont également des indicateurs d’un roman gothique.

Harry Potter est aussi un roman d’apprentissage. Ce dernier est un genre littéraire qui a pour thème le cheminement évolutif d’un héros mettant l’accent sur sa croissance psychologique et morale dès sa jeunesse à l’âge adulte. Լe lecteur est un observateur de la transition des principaux héros de l’enfance à l’âge adulte. Même l’auteur a mentionné que la mort d’Hedwige, qui est l’animal de compagnie d’Harry, est intentionnelle, car elle signifie la fin de l’enfance d’Harry, sa mort littérale.

Connexion et référence à des événements historiques réels

Dans le monde d’Harry Potter, deux guerres ont eu lieu: l’une est la Première guerre des sorciers qui a été un conflit majeur avec les fondations dans les années 1940, marquant le « règne » du Seigneur des ténèbres Voldemort et le début de la seconde Guerre des sorciers, qui fait référence aux conflits concernant la seconde arrivée au pouvoir de Lord Voldemort.

Il y existe deux raisons : la première est le fait que les gens aiment le sujet de la guerre dans la littérature aussi bien que dans la cinématographie qui a quelques raisons à son tour :

  1. Cela aide les gens à libérer leur agression intérieure de manière sûre.
  2. Le thème de la guerre glorifie les concepts nobles tels que l’héroïsme, l’honneur, le sacrifice, le courage.
  3. Selon la psychologie de l’évolution, les hommes étaient des chasseurs et cela laissait leur cerveau dans l’état où ils aimaient voir des armes, des combats et des guerres.

La deuxième raison est le fait que les guerres qui ont eu lieu dans le monde d’Harry Potter ont de nombreuses références à des événements historiques réels. Dans les livres les sujets les plus actuels et les plus discutés du 20ème siècle sont discutés indirectement comme la Seconde Guerre mondiale, la lutte contre le socialisme national et le fascisme. Le antihéros principal et ses partisans sont la représentation du nazisme et de son idéologie.

Les nazis théorisent la hiérarchie raciale, s’identifiant comme une race aryenne ou nordique, visant à créer une société allemande homogène fondée sur la pureté raciale, tout en éliminant les autres races et « peuples inférieurs ». Comme les nationalistes, les Mangemorts, qui sont les adeptes de Voldemort, sont obsédés par l’idéologie du sang pur et veulent éliminer tous les « Nés-moldus » pour vivre dans une société homogène fondée sur la pureté raciale.

Comme les nazis, les Mangemorts ont leur symbole spécial qui est une marque sombre représentant un grand honneur parmi les partisans du leader. Ils portent même des « uniformes » spéciaux empruntés à l’organisation de droite, le Ku Klux Klan. Contrairement au Klan, qui portait des robes et des capuches blanches, les Mangemorts étaient en noir.

Combats auxquels la société moderne est confrontée aujourd’hui

Il y a un thème de préjugés et de tolérance à travers l’histoire qui devient l’une des lignes principales de la série. Les plus préjudiciables de la série sont les « nés-moldus » ou les  « Sang-de-bourbe » divisant la communauté des sorcières en sorciers de la descendance, en ceux qui ne sont pas les sorciers et ceux qui n’ont pas de tels préjugés. D’autres actes de préjugé ou d’intolérance incluent l’intolérance à l’égard des loups-garous qui rendent les gens comme le professeur Lupin : avec une identité masquée. Dans la série, le symptôme de Lupin est la maladie avec une stigmatisation, comme le VIH ou le SIDA. Un autre acte de préjugé représente Luna Lovegood, qui symbolise les personnes atteintes de maladie mentale (« Luna » signifie la lune qui est le signe mythologique de maladie mentale). L’intolérance envers ceux qui ne sont pas comme nous est également perçue dans la société moderne, ce qui rend la série plus fiable pour le public. Ceux qui sont victimes de harcèlement ou ceux qui ont été harcelés peuvent compter sur les héros et sur les difficultés qu’ils rencontrent. Le sujet de la tolérance dans la série a un effet positif sur les lecteurs : selon l’étude, les gens qui lisent les livres développent une meilleure attitude à l’égard de groupes des communautés minoritaires, tels que les immigrants, les réfugiés et les homosexuels.

Dans un article publié dans le Journal of Applied Social Psychology, « La plus grande magie d’Harry Potter : réduire les préjugés » note que c’est l’identification du lecteur avec Harry Potter et sa dissociation avec le méchant Voldemort qui a prêté à l’effet d’empathie que les lecteurs ont démontrée.

Un autre sujet important abordé par la série est celui du féminisme. Rowling, elle-même victime de sexisme au début de sa carrière a été forcée d’utiliser un pseudonyme afin de rendre son travail acceptable pour les garçons refusant de lire des livres écrits par des femmes, en même temps rendant très puissant des filles et des femmes dans ses livres. Même les anti héroïnes sont des femmes fortes et puissantes qui affrontent le monde et ses difficultés avec détermination pour gagner. Les héroïnes de la série ont aussi l’expérience du sexisme dans la série, mais elles ne reculent jamais. Rowling essaie donc d’enseigner et/ou de conseiller aux jeunes filles et aux femmes de ne jamais baisser les bras et de rester fidèles à elles-mêmes. Certes, la discrimination sexuelle n’est pas vraiment discutée dans la série.

En conclusion, en tenant compte des facteurs mentionnés ci-dessus, Harry Potter séduit véritablement les adultes par son mélange harmonieux de genres littéraires, de références aux événements historiques et aux thèmes actuels de la série. Et après tout, les gens de tout âge ont besoin de magie dans leur vie quotidienne.



Auteur : Tatev Tumanyan

Traduit par Shushanik Makaryan © Tous droits réservés.


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here